COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

MENGONG

 

   

Maire  ENGOLO ETO Gervais

Tel        +237 699 72 67 98 

            +237 652 18 47 48

Nombre de conseillers municipaux  25

Superficie  683,117 Km²

Densité  60,58hab/Km²

Nombre d'habitants  41 389

Localisation de la commune

La Commune de MENGONG se trouve dans le plateau Sud du Cameroun. Elle est située à 30 km d’EBOLOWA qui est le Chef-lieu de la Région du Sud ; à 20 km de NGOULEMAKONG sur la Nationale N°2 ; à 90 km de SANGMELIMA sur la route Départementale; à 60 km de BIWONG-BOULOU sur la route Communale. (Source ; carte routière 2008) pour une population estimée à 41.389 habitants répartis dans 49 villages et une superficie de 683,117 Km2. La Commune de MENGONG est limité :

- Au nord par la commune de NGOULEMAKONG ;

- Au sud et à l’ouest par la commune d‘EBOLOWA II ;

- Et enfin à l’Est par la commune de SANGMELIMA et BIWONG BULU.

Milieu biophysique

Climat

Le climat dans l’ensemble de la Commune est du type équatorial humide avec quatre saisons réparties de la manière suivante :

- mi – Août à mi – Novembre : grande saison de pluies ;

- mi- Novembre à mi-mars : grande saison sèche ;

- mi – Mars à mi – Juin : petite saison de pluies ;

- mi – Juin à mi – Août : petite saison sèche.

La Moyenne annuelle des précipitations est de 1577mm ; la température moyenne annuelle est de 25°C avec une amplitude moyenne annuelle de 2,5°C. Ce climat favorise la conduite de deux campagnes agricoles.

Cependant cette répartition des saisons connait des perturbations fréquentes depuis plusieurs années avec tantôt des saisons sèches plus longues, ou des pluies intempestives perturbant ainsi le calendrier agricole et d’autres réalisation à portées économiques et socio environnementale (voir matrice des changements climatiques en annexe)

Sol

Les sols identifiés dans la Commune sont des sols ferralitiques de couleur brun-jaune. Ce sont des sols acides caractérisés par une faible teneur en éléments nutritifs. Ils ont des teneurs en azote très faibles du fait de la dégradation rapide de la matière organique. L’on y retrouve également des sols hydro morphes situés dans les bas-fonds ainsi que des sols sableux ou argilo sableux très pauvres.

Ces sols ont une faible valeur agricole et leur mise en valeur nécessite un investissement important. L’utilisation des engrais sur ces sols doit être accompagnée d’amendements organiques et calciques pour améliorer la rétention des nutriments et diminuer l’acidité.

Relief

La Commune de MENGONG présente un relief peu accidenté et varié (présence de plaines, de collines et de vallées ) avec des pentes comprise entre 0 et 5% traduisant une faible sensibilité à l’érosion. L’altitude moyenne est de 600 mètres.

Hydrographie

Le réseau hydrographique est très dense. Il est composé d’une multitude de rivières et de ruisseaux dont les plus importants et plus visibles le long des axes routiers sont : OTONG ADJAP, OTONG NKOULOU, MEMOU’OU, AKONLO’O, SENG, OTO EKOUK, OTO MBA, MONE MEMOU’OU, etc. La densité du réseau hydrographique montre la diversité des produits halieutiques. Les espèces les plus rencontrées comprennent entre autres les siluridae, les claridae, le « poisson-courant » (Malapterurus electricus) etc.

Flore et faune

La végétation est celle de forêt dense équatoriale. Elle appartient aux formations mixtes semi caducifoliées toujours vertes, présentant des faciès de dégradation le long de la route à cause de l’occupation et des activités humaines (habitations, cultures de proximité et réseaux de pistes). Elle est essentiellement constituée de jachères (jeunes ou anciennes), d’une forêt secondaire et d’une forêt primaire dégradée selon qu’on évolue en profondeur à l’intérieur de celle-ci. Les jachères (terres forestières dégradées) sont aux abords de la route et des zones de cultures et d’habitation. Les forêts marécageuses longent les cours d’eau. La forêt regorge d’une diversité d’essences ainsi que de nombreux produits forestiers non ligneux.

La faune domestique est composée de chiens, chats, chèvres, moutons, porcs, poulets, canards qui sont élevés en divagation.

En l’absence d’études spécifiques, la mission n’a pas eu connaissance des données sur la faune sauvage. Les seules références relativement comparables proviennent d’études réalisées dans le Parc National de CAMPO/MA’AN et dans la réserve de biosphère du Dja. Néanmoins, les densités faunistiques dans les zones dégradées et de forêt secondaire sont faibles en raison des activités humaines.

Milieu humain

Quelques repères historiques

MENGONG naguère petit village d’escale des migrants lors de la période allemande, sera érigé tour à tour en chefferie de 3ème puis de 2ème degré en 1944, avant d’être chef lieu de la Commune qui porte le même nom en 1959, par la loi N° 59/60 du 19 novembre 1959 portant création de la Commune de MENGONG.

A cette époque, MENGONG de même que BIWONG BANE sont des particularités parmi les Communes de la Province du Centre Sud en ce sens où elles ne sont pas des circonscriptions administratives. Mais l’évolution administrative de MENGONG va changer radicalement en quelques années en la faisant passer de simple Commune de village à chef lieu de District en 1988 et en Arrondissement en 1991.

Population

La population de la Commune de MENGONG est constituée en grande partie du grand groupe linguistique Béti, de la tribu Boulou. Elle est répartie dans 5 groupements/cantons dont :

MVI’I Nord 2 ;

MVI’I Sud ;

BOULOU Nord ;

FALE 1 ;

FALE 2

Ethnies

La Commune de MENGONG abrite une (01) seule tribu (BOULOU) avec plusieurs lignées à savoir les: YEMBONG, ESSAMANE, YEVOL, YEMISSEM, YEKOMBO, ESSAMELONDO, ESSABIKOULA, ESSE, YEMEVONG, YEMVAK et les YEMFECK. Toutes ces familles entretiennent entre elles de très bonnes relations et cohabitent dans l’harmonie et le respect mutuel ; malgré quelques heurts liés à des problèmes fonciers qu’on constate çà et là entre certaines familles.

On rencontre également des groupes allogènes tels que les Bamilekés, et des étranges (Maliens et Nigérians).

Religions

La population de la Commune de MENGONG est majoritairement chrétienne. Les principales obédiences religieuses rencontrées sont par ordre de leur importance : l’Eglise Catholique, l’Eglise Presbytérienne Camerounaise Orthodoxe (EPCO), l’Eglise Presbytérienne Camerounaise (EPC), L’Eglise Adventiste et l’Islam.

Ces religions sont d’une grande importance car elles influent beaucoup positivement dans la vie des populations en apportant et en cultivant l’amour comme fondement de la vie sur terre.

La sorcellerie constitue une croyance largement reconnue bien que personne ne se reconnait comme pratiquant, cependant toutes les personnes interrogées reconnaissent les effets négatifs de cette pratique.

Principales activités économiques

Agriculture

L’agriculture est l’une des principales activités des populations de l’espace urbain Communal de MENGONG. C’est une agriculture itinérante sur brûlis dont les produits sont destinés pour l’essentiel à la consommation et à la vente dans les différents marchés. Elle se pratique sur de petits espaces à cause de l’insuffisance des terres cultivables.

Le matériel agricole n’est pas moderne à cause de l’insuffisance des moyens financiers, ce qui constitue un frein pour le développement de l’agriculture.

Du fait de leur surexploitation et des mauvaises pratiques culturales, les sols perdent de plus en plus leur fertilité rendant ainsi le secteur peu productif.

Les cultures pratiquées

La banane plantain, le manioc, macabo et les cultures maraichères constituent les principales spéculations que l’on retrouve dans l’espace urbain communal. Elles sont pratiquées sur des petites superficies (moins de 1,5 hectare).

Il y a une prioritisation des cultures, les cultures pérennes sont plus prisées, suivies des cultures vivrières et les fruitiers sont un peu négligés, alors que constituant un élément fondamental par exemple pour les compléments alimentaires au niveau de la petite enfance.

Les cultures pratiquées au tour de l’espace urbain Communal connaissent beaucoup de problèmes parmi lesquels les maladies qui les attaquent et la pauvreté des sols. Cette situation s’amplifie parce qu’il n’y a pas de moyens efficaces pour y remédier. Néanmoins, il existe de moyens de lutte non négligeables préconisés par l’IRAD.

Élevage et pêche

L’élevage est pratiqué de manière traditionnelle à très petite échelle, Il est très diversifié et essentiellement composé de la volaille, des porcins, et des caprins. Pratiquement chaque ménage dispose d’une ou plusieurs catégories d’animaux et volaille, sans un véritable plan d’alimentation ou de prophylaxie. Le nombre de têtes évoluant au gré des reproductions et des épidémies. Néanmoins, on observe quelques cas d’élevage en claustration.

Dans l’un et l’autre cas, la production est destinée à la vente, à la consommation lors des grandes manifestations (mariages, fêtes religieuses, rencontres politiques…) et accessoirement pour la consommation courante.

La pêche quant à elle se pratique dans les différents cours d’eau qui traversent l’espace urbain Communal, les lacs et les étangs piscicoles; c’est une pêche artisanale qui se fait à la ligne, à la nasse et par barrage surtout en période d’étiage. Les prises, généralement constituées des carpes, des poissons vipères et des silures sont destinées à la consommation familiale. Les excédents éventuels sont vendus dans les heures qui suivent faute de moyens de conservation. Le fumage n’étant pas encore véritablement entré dans les moeurs des populations.

Chasse

Du fait que le territoire communal de MENGONG soit situé en zone de forêt, la chasse est une activité traditionnelle parce que pratiquée depuis des générations. Elle procure l’essentiel des protéines animales dans la ration alimentaire des populations d’une part et d’autre part, elle procurait de revenus monétaires aux ménages jusqu’à un passé récent. Avec les multiples exploitations forestières qui se sont succédées, le gibier est devenu de plus en plus rare surtout en ce qui concerne les grands mammifères tels que les gorilles, les chimpanzés, les buffles. Néanmoins on retrouve aujourd’hui des gibiers de moindre importance (singes, antilopes, porc-épic, …).

Exploitation forestière

La commune ne dispose pas d’Unité Forestière d’Aménagement (UFA) en exploitation à l’heure actuelle. Toutefois, il existe trois (03) petites unités de transformation du bois dans l’espace urbain communal. La matière première utilisée provient des zones éloignées ne dépendant pas forcément de la commune. Le bois ici, est destiné principalement aux constructions, au chauffage et très souvent au commerce illégal.

Collecte des produits forestiers non ligneux

Il existe au sein de la Commune de MENGONG une gamme variée de produits forestiers non ligneux qui ont chacun un usage. A cause de leur caractère saisonnier, la collecte des produits forestiers non ligneux ne présente encore jusqu’ici aucune conséquence négative sur l’environnement.

Artisanat

L’artisanat est peu développé dans la Commune et n’occupe que les hommes et quelques jeunes. Parmi les artisans rencontrés on retrouve des fabricants des mortiers, des vanniers, des menuisiers, des tailleurs, des cordonniers et quelques potiers.

Commerce

A l’observation on rencontre surtout le petit commerce au sein de l’espace urbain, il est pratiqué par le canal des boutiques, des échoppes, des bars, des restaurants, des calls-box…

Le ravitaillement en produits manufacturés se fait à partir des grandes métropoles (Ebolowa et Yaoundé). Le volume des échanges varie en fonction des périodes et calquées sur la vente ou non du cacao. Ainsi, la période allant de Septembre à Décembre qui correspond à la période de commercialisation du cacao est plus propice aux affaires. A contrario, de Décembre à août, c’est la période dite morte au cours de laquelle les affaires sont peu florissantes.

Pour ce qui est des équipements marchands, la Commune dispose d’un hangar, de quelques boutiques et échoppes dans le périmètre urbain qui sert de place du marché et de gare routière.

Services

Aucune banque commerciale ni établissements de micro finances n’est installé dans l’espace urbain communal. Toutefois il existe une forte mobilisation de l’épargne à travers les organisations de proximité telles que les tontines.

Il n’existe aucune agence de voyage opérationnelle dans la Commune ; Néanmoins le transport est pratiqué par des véhicules de tourisme et des motocyclettes évoluant pour la plus part dans la clandestinité.

Le secteur privé est représenté par les scieries, les boutiques, les bars, les restaurants, les dépanneurs de motos, quelques échoppes, les calls boxers….