COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

NGONG

 

Maire  HAMADOU AHIWA

Tél. +237 677 65 44 44

Créée par Décret présidentiel N°93/321 du 25 Novembre 1993

Superficie 2788 km2. 

Localisation de la Commune de Ngong

La Commune de Ngong créée par Décret présidentiel N°93/321 du 25 Novembre 1993 est

située dans le département de la Bénoué, Région du Nord, qui épouse les contours de l’Arrondissement de Tchéboa. Elle compte 81 villages et 24 quartiers sur une superficie d’environ 2788 km2.L’on note que la localité de Boumédjié, d’une superficie de 40 Km2 lui est intégré, et sa gestion relève de la Commune de Lagdo. La Commune de Ngong est limitée à

L’Ouest par l’Arrondissement de Touroua, du Sud-Est au Nord Est par Les Arrondissements de Lagdo et Bibemi, Au nord par l’arrondissement de Garoua 3ème, du Sud-Ouest et au Sud par les arrondissements de Poli et Lagdo.

Le milieu biophysique

Le relief

La Commune de Ngong se présente sous la forme d’une vaste plaine, bordée par le fleuve Bénoué et ses affluents. Elle présente quelques massifs montagneux dans les localités de : Baroumé, Ouro Souka, Kéïni, Hosséré kilbou,, Laïndé Massa. Certains de ces massifs présentent des Pics Pittoresques et touristiques, à l’instar du Mont Fandou à Baroumé.

Le climat

Le climat est tropical de type soudano-sahélien, caractérisé par une pluviométrie uni modale variant entre 800 et 1 300 mm d’eau. Il est caractérisé par deux saisons à savoir :

-Une saison sèche d’une durée de six mois (Novembre-Mai)

-Une saison de pluie d’une durée de six mois (Juin – Octobre)

La température moyenne annuelle est d’environ 28°C. La Commune est balayée par les vents de saison sèche appelé harmattan. Les débuts de saison de pluies s’accompagnent d’orages.

Les sols

Les sols de la Commune de Ngong sont très différenciés. Dans les bas-fonds on rencontre les sols hydromorphes ou vertisols dans les localités parcourues par les Mayos et les cours d’eau permanents. Au pied des montagnes on fait face aux sols à minéraux bruts (lithosols). Toutefois au fur et à mesure que l’on se retrouve près des habitations une légère transition apparaît pour laisser place à des sols vertilithomorphes sur planosols.

La végétation et flore

La végétation rencontrée dans la Commune est une savane soudanienne arbustive ayant ça et là un aspect de savane claire et dégradée autour des villages, avec une densité plus marquée dans la zone de chasse (ZIC 14). On recense les espèces ligneuses suivantes : Isoberlinia doka, l’Eucalyptus Camadulensis, Borassus aethiopium, Isoberlina tomatosa Anogeissus leiocarpus, Khaya senegalensis, Afzelia africana, Daniela oliveri, Terminalia marcroptera, Terminalia laxiflora, Acacia spp. Le tapis herbacé est composé des Hyparrhenia spp, des Andropogons spp vetiveria nigrivana et echinochla pyramidalis. Pennisetum Purpererum, Pennisetum Unisetum, Schizachirum sanguineum.

La zone 19, réservée pour les travaux pratiques de l’Ecole de Faune de Garoua, connaît une très forte dégradation de la végétation.

Les savanes arbustives rencontrées autour du village constituent les formes de dégradation anthropiques des espèces végétales.

L’hydrographie

Le fleuve Bénoué et ses affluents constituent l’essentiel des principaux cours d’eau dans la Commune. Ce réseau hydrographique forme une ceinture à fréquence limitée pour enrichir le paysage de la Commune

En marge de ces cours d’eaux, se dresse de nombreux lacs le long de la Bénoué. Ceux-ci offrent une opportunité pour la pratique de la pêche.

La Faune

La faune est riche et très diversifiée. Elle se distingue en particulier dans la zone de chasse 14 (ZIC 14) et quelques galeries forestières de la ZIC 19.

Les ressources halieutiques sont constituées de : capitaines, silures, les tilapias et quelques Sardines D’une manière générale, la Commune de Ngong dispose d’un potentiel en ressources naturelles diversifiées.

Le milieu humain

Histoire

L’histoire de la Commune de Ngong est marquée par des courants migratoires des populations venues dans la localité pour la recherche des terres fertiles, du commerce ou de la pêche. Les populations de la Commune sont placées sous l’autorité traditionnelle de sa majesté ABOUBAKARY MOUSSA, Lamido de Tchéboa, chef traditionnel de 2ème degré. Sous son autorité, se trouve treize lawanes, chefs traditionnels de 3ème degré. En effet, le Lamido assisté de ces lawanes, veillent sur une population très cosmopolite constituée de divers groupes ethniques: les Fulbés, les Lamés, les Mousoys, les Massas, les Dabas, les Lakas, les Mafas, les Moufous, les Moundangs, les Gabris, les Kapsikis, les Falis, les Kéras, les Guidars, les Namdjis, les Hinas, les Tchouvouks, les Haoussas, les Madas, les Toupouris, les Batas, etc... L’espace urbain regroupe quelques populations de la zone méridionales : les anglophones, les bamilékés, les Centrafricains, les Tchadiens, les Nigériens, les Nigérians, et quelques réfugiés venus du Tchad.

Cultures

L’élan culturel tire sa richesse de la diversité des ethnies. En effet, plusieurs danses et cérémonies traditionnelles sont organisées lors des manifestations officielles. Le fulfulde est la langue véhiculaire. Cette langue domine les autres langues locales.

La cérémonie de circoncision des jeunes sont très respectées. Elle se traduit par une forte mobilisation des populations, par groupes ethniques, lors de la fin de l’initiation. A ce titre ces activités donnent lieu à des manifestations de joies, lorsque le circoncis arrive au terme de l’épreuve : c’est à partir de ce moment que le jeune garçon devient initié.

Le Boubou ou la Gandoura est le vêtement traditionnel par excellente, et revêt un fort élan culturel. Son coût d’acquisition varie suivant le niveau de revenu de l’intéressé ou la qualité du tissu.

Les farines de couscous de mil et de maïs, associées aux sauces de baobab, de gombo, de Folléré sont les menus locaux.

Les religions

Deux grandes religions se côtoient dans la Commune de Ngong : la religion Musulmane et la religion Chrétienne. Certains individus ne partagent aucune de ces idéologies ; ils sont qualifiés d’animistes. Même si l’on pourrait épiloguer sur la proportion d’adeptes que revendiquent ces deux religions, notons néanmoins que la cohabitation est pacifique entre les adeptes de ces religions.

Les données démographiques

La population de la Commune de Ngong est estimée à 147 385 habitants, soit de 64 531 d’hommes et 82 854 femmes pour une proportion de 43,7% hommes et 56,3% femmes.

Les activités économiques

Les activités économiques font référence à : l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’économie sociale et l’artisanat, le transport et le commerce (petit commerce). etc.)

L’agriculture

L’agriculture constitue l’activité principale des populations de la Commune de Ngong. On dénombre environ 106 000 actifs agricoles représentant 72% de la population active.

La pêche

Le fleuve Bénoué, les Mayos et les lacs sont des zones privilégiées pour la pratique de la pêche. L’effectif de pêcheurs est en moyenne de 50/ lacs. Plusieurs pêcheurs entreprennent l’activité le long des Mayos permanents, et nombreux sont ceux qui se livrent à l’utilisation des produits phytosanitaires pour disposer du poisson. Les espèces pêchées sont : les tilapias, les carpes, les silures, les sardines et les capitaines. Les techniques de pêche restent artisanales, avec usage de : la ligne, la nasse, les filets et au moyen de pirogues

Les pêcheurs de certains lacs (Nadoura, Karewa, Gada Tshofol) observent un temps de repos pendant les mois de Septembre à Avril, tandis que d’autres ne s’en préoccupent guères.

Toutefois, dans ces lacs réglémentés, les contrevenants s’exposent aux sanctions financières en cas d’activité irrégulière. En revanche, plusieurs pêcheurs reconnaissent l’utilisation des produits phytosanitaires dans les Mayos, qui alimentent les lacs et aucune stratégie n’est mise sur pied pour les débusquer.

Pour tirer une plus-value de cette activité, la filière dispose des sécheurs ou pêcheurs sécheurs. Cette activité s’effectue de manière artisanale et les acteurs ne sont pas structurés ; Ils ne peuvent pas ainsi bénéficier d’appui. Les acteurs vendent leur produit aux commerçants locaux. Ils signalent néanmoins que ceux provenant des pays voisins, sont disposés à leur offrir les meilleurs prix.

Le commerce

Le commerce est pratiqué dans les marchés. La Commune de Ngong dispose de deux grands marchés : Djefatou (150 comptoirs + 13 boutiques+ 01 boucherie + 04 poissoneries +

200 étalages environ) et Ngong (400 comptoirs + 203 boutiques, 03 hangars, 24 magasins construits par les particuliers et plus de 800 étalages). Les autres localités disposent de marchés de faible ampleur et ceux –ci se tiennent à fréquence hebdomadaire. Parmi ces marchés on peut citer : Tchéboa (30 comptoirs + 07 boutiques+ 01 boucherie + 01 poissonnerie + 50 étalages environ), Langui Social (15 comptoirs + 01 boucherie + 65 étalages environ),Baroumé (12 comptoirs + 30 étalages environ), Zera (14 comptoirs+ 02 boutiques + 01 boucherie + 60 étalages environ), laïndé Masse (10 comptoirs + 04 boutiques + 01 boucherie + poissonerie + 25 étalages environ) etc... Les échanges se font les jours de marché reconnus. A l’exception du marché transfrontalier de Ngong, qui dispose des boutiques, magasins et hangars en durs ou semi-durs, tous les commerçants dressent leurs marchandises à même le sol ou sur les étalages de forturne le jour du marché. Les produits qui convergent vers les marchés sont de plusieurs types : agricoles, pastoraux, anufacturés, artisanaux, En revanche, les épiceries et boutiques des différents quartiers et villages servent de point de ravitaillement d’urgence.