COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

YABASSI

  Maire MABOULA MBOYA Jacques

Créée en 1985  

Superficie de 3 080 km2

Localisation géographique de la commune

Située dans la Région du Littoral et dans le Département du Nkam, la Commune de Yabassi qui a été créée en 1985, couvre une superficie de 3080 km2. Elle est comprise entre 4° et 4°45 de Latitude Nord et 9°40 et 10 °30 de Longitude Est . La Commune de Yabassi est limitée au Sud par les Arrondissements de Dibamba et Douala III, à l’Est par les Arrondissements de Nkondjock et Yingui, au Nord par les arrondissements de Njombé/Penja, Loum et Nlonako, à l’Ouest par les Arrondissements de Dibombari et Douala V Conformément à la Demande de propositions N° 012/PNDP-C YABASSI / 2011, la Commune de Yabassi compte 48 villages répartis dans 08 cantons. Il s’agit des cantons Yabassi, Bodiman, Wouri Bwelle, Wouri Bossoua, Badjop Ndok Penda, Dibeng-Ndogbélé, Banden Rive Droite et Nyamt.

Milieu biophysique

Climat

Le climat est caractérisé par une forte humidité. La température varie généralement entre 23°C et 29°C, le mois le plus chaud étant celui de Février. Comme le département du Nkam, l’Arrondissement de Yabassi est très pluvieux. Les hauteurs annuelles de pluies se situent entre 2900 et 3000 mm. La saison sèche va de mi-novembre à mi-mars.

Sol

Les sols sont essentiellement latéritiques à l’horizon humifère plus ou moins épais. Le sous-sol est argileux latéritique marqué par une prédominance des termitières et des cailloux et se transformant par endroits en sable et massifs rocheux. Ce sol est argileux sableux dans le plaine inondable du territoire communal.

Relief

Le relief est vallonné. Il est constitué par une alternance de plaines, de vallées encaissées telles que Lambda et des plateaux. L’altitude varie de 10 m dans la plaine à environ 700 à 800 m dans la zone Nord-Est et Nord.

Hydrographie

L’arrondissement de Yabassi est densément arrosé par de nombreux cours d’eau dont les principaux sont :

- Le Nkam qui devient le Wouri en aval et se prolonge par une plaine côtière périodiquement inondable

- La Dibamba,

- La Mabombé ;

- Le Njanga ;

- La Mahé.

Flore et faune

Zone essentiellement forestière, la végétation de l’Arrondissement de Yabassi est une forêt dense humide. Elle est dominée par l’Azobé (Lophira alata), l’Ilomba (Pycnanthus angolensis), le frakè (Termilia superba). (Rapport trimestriel d’activités délégation MINFOF, 2011). De même, on y retrouve le Bubinga, le padouck, L’Iroko, le Dobenatalmi et le Morvingui ; Cette végétation abrite une importante diversité faunique, objet d’une intense activité de braconnage. En effet, contrairement à certaines zones, les viandes de substitution comme la viande de bœuf y sont presque absentes. Les espèces présentes dans la forêt sont les éléphants, les chimpanzés, les potamochères, le pangolin, le porc épic. Il s’agit essentiellement ici des animaux intégralement protégées par la loi.

Milieu humain

Quelques repères historiques de la Commune

Ancienne subdivision allemande abritant le port fluvial, le territoire qui est aujourd’hui la Commune de Yabassi, est le reflet de l’histoire politico-administrative qu’a connue le département du Nkam. En effet, la Commune de Yabassi est issue de la Commune mixte rurale du Nkam qui va éclater pour donner la Commune de Nkondjock (qui comprend Nord Makombé et Nkondjock) et la Commune de Yabassi-Yingui avec pour siège Yabassi. Suite à un second éclatement, la Commune rurale de Yabassi-Yingui va évoluer en Commune rurale de Yingui et en Commune rurale de Yabassi. Cette ville a également été marquée par la visite en 1972 du Président AMADOU AHIDJO, lors de l’inauguration du pont sur le NKAM

Population

Officiellement estimée à environ 13 000 habitants selon les rapports du 3e recensement général de la population, Yabassi abriterait aujourd’hui une population d’environ 14 685 habitants selon l’estimation de la population du district de santé de Yabassi en 2011. Cette population qui est inégalement répartie sur l’ensemble du territoire de la Commune de Yabassi présente quelques zones de concentration comme Banya I, Sollè, Ndogbélé, Tondè village et dans une moindre mesure Bonépoupa II. Sur le plan sociologique, les ethnies autochtones sont Bassa, Bandem, Banen, Banya, Bonkeng, Mbang, Bodiman et Ewodi. Cette population devient de plus en plus cosmopolite avec l’arrivée dans l’espace urbain des populations d’autres régions telles que les Bassa (Sanaga maritime), les Bamilékés, les Nord makombé, les originaires du grand Nord et du Nord-ouest. Sur le plan de la chefferie traditionnelle, la Commune de Yabassi compte 08 cantons (chefferie de 2e degré) et 48 villages. La population de Yabassi est très ancrée dans la religion. Les religions rencontrées sont le christianisme (Protestant - UEBC, EE, CEBEC - et Catholique), les musulmans et les églises réveillées.

Principales activités économiques

Les principales activités économiques est l’agriculture (environ 60% d’actifs agricoles), les petits commerce, la moto taxi, le call box, la restauration, les auberges/hôtels, le garage, l’exploitation du sable, la menuiserie, le secrétariat bureautique. Bien que pratiquée, l’élevage est reste traditionnel avec les spéculations telles que les volailles, porc, chèvres.

Les Activités économiques

Agriculture

-cultures de rente : cacao, café, plantain, palmier à huile, Dans toutes la commune ;

-cultures vivrières à savoir la banane plantain, le macabo, le taro, l’igname, l’arachide, la patate douce, le haricot, le manioc, le maïs, la tomate, les choux, le piment, la laitue, la morelle noire ;

                                       Elevage

Élevage de subsistance (caprins, porcins, volaille et ovins) Magamba, Ndoungué, Bakwat et Manengolè.

Pêche

- Pêche artisanale : Silures, carpes, tilapias, crabes,

Principales potentialités et ressources de la Commune

Potentialités de la Commune par secteur

La Commune de Yabassi, en tant espace, dispose de nombreuses potentialités qui, considérées à leur juste valeur, peuvent être des éléments fédérateurs pour améliorer le bien-être des populations.

*Disponibilité des vastes espaces de terres arables

- Climat favorable à l’agriculture ;

- De nombreuses structures d’encadrement paysan ;

- Création future d’un lycée agricole

- De nombreux cours d’eau (Nkam, Dibamba, Mabombè );

Un institut de sciences halieutiques ;

- Présence d’une association des personnes handicapées

- Présence d’un champ communautaire pour les handicapés,

- Présence de la délégation départementale des affaires sociales ;

- Présence d’un centre social

Ville symbole du passé coloniale Allemand au Cameroun ;

- Vestiges d’un passé colonial glorieux (bâtiments,

- Diversité Ethnique et culturelle ;

- De nombreuses langues parlées - Bassa, Mbang, Bandem, Banen, Bagnangué ;

Présence d’une réserve forestière à Sollè et d’une forêt communautaire Nkokom ;

- Projet de forêt communal

- Présence de grandes surfaces forestières ;

- Produits forestiers non ligneux : Poivres noires, Noisette, Okok, Djansan ;

Présence 2 hôtels, 3 auberges et 2 cases de passage ;

- De nombreux sites touristiques ;

- Navigabilité du fleuve Nkam et de la Dibamba.

ressources de la Commune

De nombreuses ressources sont disponibles dans l’espace communal. Il s’agit de ;

- Ressources forestières (bois, faunes, PFNL) ;

Ressources en eau caractérisées par de nombreux fleuves et rivières (Nkam, Dibamba, Mabombé, Mahè)

- Ressources halieutiques dans les cours d’eau ;

- Carrières de sable (Bodiman, Bonepoupa, Tondè) ;

- Gisements rocheux non exploités.