COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

NDOM

  Maire    BATI Luc
  

Localisation géographique de la commune

La Commune de NDOM est l’une des Communes de la Région du Littoral, localisée dans le département du Sanaga Maritime. Située à 145 km environ d’Edéa, chef-lieu du département de la Sanaga Maritime et avec une superficie de 1700 km2, la commune de Ndom s’étend entre 4°, 23’ 34 23 de latitude Nord et à 10° 49, 33, 34 longitude Est, avec une population estimée à 10 344 habitants, repartie dans 64 villages et 03 chefferies de 2ème degré (Babimbi, Likoundbiam, Omeng). La commune de NDOM est limitée au Sud par la Commune de Nyanon, au Nord-est par lla Commune de Nitoukou, à Est par la Commune de Bokito, à l’ouest par la Communes de Ngambè

Milieu biophysique

Climat

L’Arrondissement de NDOM est soumis au climat équatorial de type guinéen classique à deux saisons de pluies entrecoupées de deux saisons sèches. Au cours de l’année, les saisons se succèdent de la manière suivante :

-La petite saison des pluies de mi-mars à juin ;

-La petite saison sèche de juin à mi-août ;

-La grande saison des pluies de mi-août à mi-novembre ;

-La grande saison sèche de mi-novembre à mi-mars.

La température moyenne de la région oscille autour de 24°C. Les températures mensuelles les plus basses sont relevées au mois de juillet (22,5°C à NDOM) et les plus élevées au mois d’avril (24,6°C à NDOM). Les précipitations annuelles moyennes se situent le plus souvent entre 1500 et 2000 mm (hauteur moyenne mensuelle de pluie à NDOM sur les 20 dernières années : 1 750 mm). Les maxima de précipitations sont enregistrés en avril-mai et en septembre-octobre.

Le Relief

Le relief de NDOM est caractérisé par de nombreux sommets. Le territoire est dominé par la présence de la forêt et de la savane de l’espace communal.

L’Hydrographie

NDOM dispose d’un réseau dense de cours d’eau dont les plus importants sont, Ndebi, Djouel, Liwa. La présence de ces cours d’eau présente une potentialité capitalisable dans le cadre de la poursuite et le développement des activités touristiques et halieutiques.

Pédologie

La grande partie des sols de la commune de NDOM est fertile. L’on peut observer des sols profonds, latéritiques, caillouteux, argileux, riches en matières organiques..

Forêt : Flore et Faune

La Commune de NDOM est située dans une zone forestière. Celle-ci est caractérisée par une faune très riche où on y retrouve la présence des ongulés (gazelles), des rongeurs tels que (les porcs épic, les rats palmistes, les aulacodes, etc.). Toutefois, on y trouve d’autres espèces telles que les Gibs harnaché, les céphalophes à dos jaune, les civettes, les varans, les crocodiles, les pythons. La flore dans son ensemble y est également très riche en formations forestières avec des essences variées. Les principales espèces ligneuses sont entre autres : l’Iroko (Chlorophora exelsa), le fraké (Terminalia superba),le Sapelli (Entandrophragma cylindricum), le Bilinga (Nauclea diderrichii), l’Ebènier (Diopyros crassiflora), le Doussié blanc (Afzelia pachyloba), l’ayous (Triplochyton sceroxylon), le Moabi (Baillonella toxisperma), le Kosipo (Entandrophragma candolei), le Sipo (Entandrophragma utile), le Framiré (Terminalia ivorensis), l’Eyong (Sterculia oblonga), le Movingui, le manguier sauvage (Irvingia gabonensis), le Noisetier (Kola acuminata), le Bitter cola (Garcinia cola) et le Djangsang (Ricinodendron heudolettii).

Milieu humain.

Histoire

Le nom de NDOM signifie au sens propre « bastonnade », et au sens figuré « misère » en bassa. Ce nom a été donné par NUK, qui était battu par ses frères MAÏ et MANG, tous fils de BEYECK, venu de Yangben. Meurtrit par ce supplice, il décida trouver refuge dans une colline, une colline que les colons dénommèrent NDOM qui est resta la dénomination de la localité.

L’arrivée des allemands a marqué la vie des habitants de NDOM. Les luttes d’indépendance ont marqué une histoire tragique de la ville où on dénombra un massacre de la population. Quant aux français, leur arrivée ne prédisait des jours meilleurs car ceux-ci implantés dans la région, déplacèrent les populations de la forêt et des montagnes, pour les recaser en bordure de route dans le but de mieux les maîtriser. La première unité administrative point emblématique de la ville, fut située où se trouve l’actuelle école publique de NDOM II. Suite à l’attaque qui eut lieu le 1er janvier 1960, l’unité administrative fut transférée au centre urbain jugé moins dangereux pour une attaque surprise. Bien que beaucoup d’efforts soient consentis pour sortir cette localité chaleureuse de ce retard sur un développement préconisé par les Objectifs du Millénaire pour le Développement, ces différents évènements tragiques qu’a cette région ont été un frein à son développement socio-économique.

Cadre de vie

L’importance du cadre de vie pour la population, mais aussi de manière plus générale pour l’image d’une ville, est un enjeu désormais admis par tous. Le cadre de vie à Ndom se compose de plusieurs dimensions qui interfèrent entre elles : la sphère intime et individuelle du logement, le voisinage proche, le lien social. S’il participe à la qualité de vie quotidienne des habitants, il joue aussi un rôle actif dans le développement économique, social et environnemental de l’agglomération. Les attentes et besoins des usagers en matière de cadre de vie vont avoir des répercussions directes sur les priorités en matière de planification, d’aménagement urbain et d’équipements. Un enjeu d’autant plus primordial que le cadre de vie est à la croisée d’autres problématiques, comme les déplacements, la pollution ou les risques

Population

La population de NDOM est estimée à 10 344 habitants, repartie dans 64 villages et 03 chefferies de 2ème degré (Babimbi III, Likoundbiam, Omeng), des allochtones constitués de quelques fonctionnaires, commerçants de divers corps de métiers et des agriculteurs.

Habitat

Pour la plupart, l’habitat est clairsemé dans l’ensemble, en dehosr des grandes agglomérations telles que Ndom-Centre, Omeng et se compose de maisons rectangulaires. faites en matériaux provisoires et définitifs : ce sont des maisons en dur, semi dur et en terre battue aux toits en nattes de raphia. De part et d’autre l’espace communal, on relève la présence de maisons jonchées des toits en tôles.

Religion

Plusieurs religions en majorité d’obédience chrétienne sont pratiquées au sein de la Commune. Il s’agit notamment de l’église Catholique, Protestante et pentecôtiste. L’islam y est également pratiqué avec un nombre infime de croyants.

Activités économiques

Ndom est une ville à fort potentiel économique. Ses activités économiques reposent pour l’essentiel sur le commerce, l’exploitation des ressources naturelles tels que la cueillette et l’artisanat la pêche et la transformation des produits agricoles régionaux (huile de palme, bois). De nombreux produits de carrière (Graviers, sables, gravillon) qu’on retrouve le long des principaux cours d’eau qui coulent à travers l’étendu régional, ainsi que du sable provenant de la sédimentation des rochers

Agriculture

L’agriculture est la principale activité des populations de la Commune. Elle est marquée par les cultures vivrières (Manioc, Macabo huile de palme) et les cultures de rente (café, cacao). Dans les villages, l’agriculture apparait comme le seul secteur productif important. Aussi, cette agriculture repose en grande partie sur la production des vivres pour la consommation des ménages, les difficultés d’évacuation ne leur permettant pas la pratique intense. Les hommes cultivent les produits de rente qui constituent une véritable source de revenus.

-L’agriculture de rente

C’est une agriculture destinée à la commercialisation. Elle est basée sur la culture du cacao, du palmier à huile et du café. Les plantations sont de taille moyenne, allant d’un hectare à 20 ha.

Pêche

La pêche est pratiquée traditionnellement par une frange de la population, de ce fait pas assez développée. Les principales techniques sont la ligne, à la nasse et le barrage ; d’où son caractère artisanal. Les espèces courantes attrapées sont : les silures, les tilapias, les carpes, le poisson courant, le poisson vipère. Cependant, on signale l’utilisation des substances illicites et toxiques pour capturer le poisson .Les produits de pêche sont généralement voués à l’autoconsommation et quelque fois à la vente.

Chasse

La chasse pratiquée par les populations est traditionnelle et se caractérise par l’usage des pièges, des fusils et la chasse à courre. Cette activité concerne près de 40¨% de la population malgré les contrôles des gardes-chasse du MINFOF.

Artisanat

Cette activité est surtout pratiquée par les jeunes, les femmes et quelques vieilles personnes. La plupart des objets sont faits en matériaux locaux : bambou, rotins, bois, feuilles de palmiers, etc. Les objets fabriqués ici sont les paniers, les hottes et les mortiers.

Commerce

Le commerce est l’œuvre des petits commerçants (épiceries, Ventes à emporter). Il est orienté vers la vente des produits de première nécessité, les produits agricoles et de chasses. Il existe un marché communal au centre de la ville. Dans la Commune, il existe plusieurs organisations qui favorisent l’écoulement des produits de vente.

Exploitation des produits de carrière : sable, latérite et pierres

Le sable constitue l’une des richesses naturelles de la commune. Toutefois, l’exploitation de sable reste encore très limitée en rapport à la très faible demande, de l’inaccessibilité des carrières et de l’absence de moyens de transport (camion benne). L’existence des produits de carrière (latérites, gravillon et pierres) rencontrés de part et d’autre, est également un secteur d’activités qui, bien organisés, pourraient contribuer efficacement à la résorption du taux de chômage dans la commune.

Potentialité

-Vaste étendu forestier et faunique

Mines, industrie et développement technologique

-Existence des produits de carrières : sables, Gravillons, latérites, pierres

-Existence d’un réseau téléphonique MTN/ORANGE à Ndom

-Existence d’une antenne de relai Radio/tv CRTV à Ndom

-Présence d’un réseau électrique (haute tension et basse tension) AES/SONEL

-Présence d’importants cours d’eau

-Vastes terres fertiles

-Vastes terres cultivables

-Existence des gics et associations d’agriculteurs

-Vastes étendus de terre pour la pratique de l’élevage

-Existence d’un Hôtel et d’une auberge

Principales ressources de la Commune

Les principales ressources de la Communes comprennent

-Des Recettes Fiscales

-Produits de l’exploitation du Domaine et Services Communaux

-Des Ristournes et Redevances consenties par l’État

-Des Subventions de Fonctionnement Reçues

-Transfert reçu dans le cadre la coopération décentralisée,

-Des autres produits et profits.