COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

DIZANGUE

 

Maire     BIKOE Samuel

Tél.      +237 699 91 05 13
           +237 677 77 79 36

  

Localisation géographique de la commune

Situé dans le département de la Sanaga Maritime, Dizangue se trouve à 13 kilomètres d’Edéa. La localité est située à proximité de la ville de Douala, la capitale économique (60 km) et de Kribi la cité balnéaire (120 km). La proximité de ces grandes villes constitue des atouts très importants pour cette Commune. Chef-lieu de l’arrondissement de même nom, la Commune de Dizangue est située dans la partie Sud de la Région du Littoral. La commune de Dizangue est limitée au Sud et à l’Est par l’arrondissement de Mouanko, au Nord par l’arrondissement d’Edéa II, à l’Ouest par l’arrondissement de Douala 3ème, la Dibamba. La Commune a été créée en 1977 par décret n° 77/203 du 29/06/1977. Sa superficie est de 541 km² et s’étend entre 9°41 et 9°50 de longitude Est et entre 4°42 et 4°53 de latitude Nord. Elle compte 34 villages.

Milieu biophysique

Climat

Le climat est tropical humide avec deux saisons, une pluvieuse d’avril à octobre et une saison sèche de novembre à mars.

Relief

Dizangue est caractérisé par un relief fait de falaise à l’entrée de Beach et des vallées.

Végétation

La végétation est dominée par de vastes plantations d’hévéa et de palmiers à huile exploitées par les sociétés SAFACAM et SOCAPALM. On rencontre aussi des galeries forestières le long des cours d’eau.

Hydrographie

Dizangue est entouré de lacs dont le plus important est le lac OSSA qui a 4 820 ha de superficie contenant des espèces animales protégées comme le Lamentin et un ensemble de 18 îlots, véritables merveilles touristiques. Le fleuve Sanaga serpente la commune sur une distance de 8 km. On y trouve aussi quelques cours d’eau telle que la rivière Mbanda, le fleuve Mbongo, la rivière Kwakwa etc. On note aussi la présence de l’océan Atlantique du côté de l’île NDIGLE.

Faune

Avec l’action des braconniers et des populations, l’habitat naturel de la faune (biotope) disparait peu à peu dans les forêts, conduisant ainsi à la disparition des espèces y habitant. Néanmoins, l’on retrouve encore dans la commune de Dizangue quelques espèces fauniques terrestre et aquatique, représentées dans le tableau ci-après. Flore (forêts, savanes, plantes médicinales). La flore retrouvée en général dans la commune est représenté dans le tableau ci-dessous.

La pédologie

Les sols sont de type sablo argileux et latéritique.

Milieu Humain

Histoire de la commune et de peuplement

La commune de Dizangue est l’une des neuf communes que compte le département de la Sanaga Maritime. L’histoire moderne de cette commune commence en 1887 avec l’arrivée des Allemands qui y exploitent le bois « azobé » et plus tard développent la culture de l’hévéa et créent une exploitation dénommée KAMERUN GESELSCHAFT KAOUTCHOUC.Sa population est de 17 086 habitants, 8993 hommes contre 8093 femmes suivant le recensement général de la population de 2005. Le diagnostic participatif a relevé un effectif total de la population de la Commune d’environ 32 627 habitants. On rencontre quatre ethnies autochtones : Pongo, Ndonga, Yakalak et Malimba. La population est étendue sur deux cantons (Ndonga et Yakalak) et 32 villages. Les deux cantons sont administrés par deux chefs supérieurs de 2e degré et 30 villages par les chefs de 3ème degré. Les allogènes sont composés de toutes les autres ethnies du Cameroun et les expatriés. La religion est aussi variée que les groupes ethniques dans la commune de Dizangue. On distingue le christianisme qui est la principale religion de la commune, l’islam et l’animisme. Les populations chrétiennes sont constituées en majorité des catholiques, des protestants de l’Eglise Evangélique du Cameroun, des musulmans et des chrétiens des églises réveillées. Les principales activités économiques sont : l’exploitation des carrières de sable, la pêche, l’agriculture, la moto taxi, le call box, le petit commerce, les auberges, les artisans, les garagistes, les cordonniers, les couturiers, les menuisiers, les vignerons, les soudeurs, etc.

S’agissant du petit élevage on peut noter les spéculations suivantes : porcs, volailles, moutons et chèvres.

Principales infrastructures par secteur

Les infrastructures abritant les services sont pour certains en bon état et pour d’autres dans un état de délabrement très avancé nécessitant par conséquent des travaux de réfection. Les services sont logés soit dans des bâtiments appartenant à l’Etat, soit dans les maisons des particuliers prises en location par l’Etat. Certains services ne sont pas présents dans la Commune de Dizangue.

Les ressources de la Commune

Dans la quasi-totalité de l’espace géographique de la Commune il y a des ressources :

- Les carrières de sable non estimés à Pongo Pitti, Songueland, Mbongo ;

- Les cours d’eau poissonneux : l’océan Atlantique, le fleuve Sanaga, les lacs Ossa et Mouembe, la rivière Mbanda, la rivière Kwakwa, le fleuve Mbongo, etc.

- De vastes plantations d’hévéa et de palmiers à huile ;

- Terres cultivables, produits forestiers ligneux et non ligneux, sites touristiques (berges du fleuve Sanaga, des lacs, les îles,).