COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

MBANGA

  Maire LEMBE MBAPPE 
  

Localisation géographique de la commune

La commune de MBANGA est une communauté territoriale décentralisée du Cameroun, dans la Région du littoral et Précisément dans le département du MOUNGO.La Commune de MBANGA a été créée en 1954. Elle est située à 70 km de NKONGSAMBA, chef-lieu du département du MOUNGO et à environ 65 km de DOUALA. La commune de MBANGA couvre l’arrondissement qui porte son nom. Elle s’étend sur 544 km2, pour 35 415 habitants (source : recensement de la population 2005) et 19 villages. Mbanga est limitée au Nord par les Communes de Njombé Penja ; Mombo, au Sud par la Commune de Dibombari, à l’Est par la Commune de Bonaléa, à l’Ouest par la Commune de Mémé (Kumba).

Milieu biophysique

Le climat

MBANGA est soumis au climat équatorial de type guinéen classique à deux saisons de pluies entrecoupées de deux saisons sèches. Au cours de l’année, les saisons se succèdent de la manière suivante :

-une petite saison de pluie (mi-Mars à mi-Juin)

-Une petite saison sèche (mi-Juin à mi-Août)

-Une grande saison de pluie (mi-Août à mi-Novembre)

-Une grande saison sèche (mi-Novembre à mi-Mars).

La température moyenne de la région oscille autour de 28°C. Les températures mensuelles les plus basses sont relevées au mois de septembre (26°C) et les plus élevées au mois d’avril (29,1°C). Les précipitations annuelles moyennes se situent le plus souvent entre 2500 et 3000 mm (hauteur moyenne mensuelle de pluie à Mbanga sur les 25 dernières années : 2 750 mm). Les maxima de précipitations sont enregistrés en avril-mai et en septembre-octobre.

Le relief

Le relief de la Commune est dans l’ensemble plat avec de très légères pentes. On note la présence de quelques bas-fonds marécageux et ceux situés en bordure des cours d’eau. Ces zones sont assez fertiles et propices à l’agriculture.

Les sols

Les sols sont argileux et argileux sableux, de couleur noire, classés dans l’unité des sols volcaniques. On trouve aussi des sols hydro-morphes dans les dépressions, et les bas-fonds. Le sol est érodé par endroit ; ceci est dû à son appartenance à une zone sédimentaire.

La végétation

Le couvert végétal est essentiellement constitué de deux types de forêts : la forêt primaire et la forêt secondaire.

-La forêt primaire se trouve dans la réserve de l’Etat. Elle a considérablement diminuée avec l’installation des sociétés agro-industrielles (SPM) et les activités de plus en plus croissantes des populations à des fins agricoles ou pour l’exploitation personnelle du bois.

-La forêt secondaire quant à elle est marquée par l’action de l’homme. Elle se compose dejachères, d’hépatoires et des plantations. La richesse de cette flore a été réduite par l’exploitation forestière et l’agro-industrie, mais on note encore la présence des essences telles que l’Iroko, le Mouabi, le Bibinga, le Makoré, le Zingala etc. qui sont sujettes à la coupe illicite.

L’hydrographie

Le réseau hydrographique de la commune est assez riche grâce au fleuve MOUNGO qui traverse de part et d’autre la commune; On y retrouve également des cours d’eau tels que: MANYA, CESSE, NSOUM SAKE, PRISO KOM, NDI MAKOLO, avec des débits assez réguliers et quelques variances observées en saison sèche.

Milieu humain

Quelques repères historiques de la Commune

La ville de MBANGA a été créée vers les années 1800 sous protectorat allemand. Arrivant dans cette ville, les allemands débarquèrent dans le territoire Balong ; ils trouvèrent les autochtones qui s’amusaient au bas des cocotiers et ils leur demandèrent le nom de leur village, les autochtones croyant qu’on leur demandait le nom des cocotiers; répondirent MBANGA qui signifie en langue Balong « cocotiers » ; d’où le nom de la ville.

Les Balong viendraient de Mengue, une localité du Sud-Ouest du Cameroun ; ils se sont établis dans cinq départements des régions du Sud-Ouest et du Littoral Camerounais.

Ethnies

Les principaux groupes ethniques sont : les BALONGS tribu autochtone, les BAMILEKES, les BETIS, les ANGLOPHONES les NORDISTES, les BANENS et le grand groupe SAWA (MBO, BASSA, BAKAKA, ABO, DOUALA).

Religions

Les populations de MBANGA sont de diverses religions dont les principales sont la religion catholique, l’église presbytérienne camerounaise, l’église évangélique du Cameroun, et la communauté musulmane et les témoins de Jehova ; on y trouve aussi quelques membres des nouvelles églises chrétiennes « Réveillées ».

Principales activités économiques

-Le secteur primaire : est marqué par une agriculture vivrière (plantain, manioc, banane douce) et la pratique des cultures de rente (cacao, café, palmier à huile, poivrier et fruitier divers), l’implantation de la SPM et des particuliers ayant des superficies autour de 80 à 100 ha. L’élevage est encore traditionnel, avec un faible rendement des producteurs que nous donne le tableau ci-dessous.Il existe plusieurs élevages informels de porcs dans la ville et les villages. La pêche reste artisanale et la pisciculture est pratiquée par un seul GIC PIAMGA (quartier 02) dans un étang et les récoltes sont faites deux fois par an. Les espèces présentes sont les tilapias et les silures.

-Le secteur secondaire : est composé d’une usine de fabrication des produits pharmaceutiques (IMI PHARMY), d’un dépôt de brasseries, d’une agence CDE, d’une agence AES SONEL et d’une gare ferroviaire (CAMRAIL).

-Le secteur tertiaire : est très développé dans la ville de MBANGA. Il regroupe les activités de commerce, les transports et autres services.

-Le commerce : est marqué par la vente des produits vivriers et manufacturés avec l’existence de trois principaux marchés : le marché de KOMBE, marché sous régional qui se tient tous les Lundis, le marché B ouvert tous les Mercredis et le marché A ouvert tous les jours, de plusieurs boutiques et débits de boissons le long de la route nationale. On note également la présence des établissements hôteliers, des restaurants et plusieurs boulangeries, des salons de coiffure, des ateliers de couture, des cabinets d’avocat et d’huissier, etc.

Le commerce informel y est aussi très développé (call-box, braiseuses de poisson, vendeurs ambulants).

-Les activités de transport sont denses de par la position de la ville, traversée par la nationale N°5 reliant le Littoral à l’Ouest. Le transport à l’intérieur de la ville est assuré par les motos, tandis que le transport inter urbain est assuré par des voitures « clandos » et les cars de plusieurs agences de voyage qui font le ramassage. Le transport MBANGA – KUMBA se fait par train tous les jours avec une fréquence moyenne de quatre départs par jour.

-Les services, on note la présence des services déconcentrés de l’Etat à savoir, une délégation d’arrondissement de l’agriculture et du développement rural, une inspection d’arrondissement de l’enseignement de base, un poste forestier et de chasse, une délégation d’arrondissement des Travaux Publics, une délégation d’arrondissement des pêches et industries animales, une compagnie de gendarmerie, deux brigades de gendarmerie (une brigade terre et une brigade de recherche), deux commissariats (un de sécurité publique et un commissariat spécial), un tribunal de première instance, une prison, une sous-préfecture, une mairie, un centre divisionnaire des impôts, une délégation de la jeunesse, un poste de contrôle des douanes, une perception, un service des affaires sociales, une représentation de la CAMTEL et une représentation de la CAMPOST.

-Les professions libérales sont aussi présentes avec des cabinets d’Avocats, d’huissier de justice et de Notaires. Il existe cinq établissements de micro finances (MC2, CAPCOL, La Régionale, Express Union, Caisse populaire d’Investissement).

Principales infrastructures par secteur

Les infrastructures socio-éducatives

La commune dispose de plusieurs infrastructures socioéducatives notamment dans le Secteur de l’éducation et de la santé.

Eau et Energie

Comme potentiel hydraulique, on note la présence de quelques forages en mauvais état d’utilisation et le réseau de la camerounaise des eaux (CDE) qu’on ne rencontre que dans le centre urbain. 01 forage à NDOM I, 01 forage à Matouké, 01 SCAN WATER en panne à Ndom II, 02 forages dont 01 est non fonctionnel à KOMBE ROUTE. Il existe le réseau électrique AES-SONEL qui couvre presque tout le centre urbain. On note aussi un réseau d’électrification villageoise sur financement du FEICOM. Seuls les villages NDOH II, NDOH III, YOKE et FIKO ne sont pas couverts.

Télécommunications

Les réseaux Orange, MTN et CAMTEL sont présents au centre urbain et dans certains villages de l’arrondissement.

Les routes et pistes rurales

La commune de Mbanga est traversée par la nationale N°5 (route bitumée). Les routes de desserte des quartiers ne sont pas aménagées et sont parfois inexistantes. De même plus de 50 km des pistes rurales qui desservent les villages sont en mauvais état. On note l’absence d’ouvrage de franchissement sur le cours d’eau reliant le village Ndoh I à Ndoh II et celui reliant le village Ndom II à Dikouma I.

Le sport et les loisirs

Le stade municipal et les aires de jeux scolaires (collège St jean, école publique) sont les équipements existants dans la commune de Mbanga ; les bars constituent les loisirs populaires, car on ne rencontre ni salle de spectacles, ni salle des fêtes en dehors de la salle des délibérations de la Mairie.