COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

MANJO


Maire EBAKO Charles 
  

Localisation géographique de la commune

Chef-lieu de l’arrondissement de même nom, la commune de Manjo est située dans la partie Nord de la région du Littoral. La commune de Manjo est limitée comme suit au Sud par l’arrondissement de Loum, au Nord par l’arrondissement de Nkongsamba 3e et le mont Manengouba, à l’Est par l’arrondissement de Nlonako et Nkongsamba, à l’Ouest par le département de koupé manengouba. La commune est créée en 1959 décret n° 59/23 du 01/ 03/ 1959. Sa superficie est de 305 km² et s’étend entre 9°41 et 9°50 de longitude Est et entre 4°42 et 4°53 de latitude Nord. Elle compte 33 villages.

Milieu biophysique

Climat

Le climat de la commune de Manjo est de type équatorial avec deux saisons. Deux zones climatiques distinctes caractérisent l’arrondissement, la partie sud est plus chaude et la partie nord est plus froide.

Relief

Manjo est à 450 m d’altitude dans sa partie sud et à 1200 m dans sa partie Nord, il est entouré de massifs montagneux dont les plus importants : le Manengouba à 2400 m, Koupé à 2070 m, Nlonako à 1800 m.

Végétation

Elle est constituée de forêt vierge, la végétation naturelle est en pleine régression, remplacée par les vastes plantations industrielles de banane et d’ananas, de petites exploitations de caféiers, de cacaoyers et de cultures vivrières et fruitières.

Hydrographie

La principale rivière est la Dibombé, cours d’eau traversant l’arrondissement du nord au sud avec les principaux affluents qui sont : Gomo, midjok, ékouk, ndibe, mbouh et ndibè-émalte

Faune

Elle est caractérisée par la présence des oiseaux, des petits rongeurs (rats, écureuils, perdrix, hérissons, etc.), le gros gibier se retrouve dans les forêts de Mantem 1 et 2, Abang Ngol, Mouandong, Njoumbeng, Badjoungué, Mouakoumel, On retrouve également les espèces protégées en voie de disparition telles que la grenouille Goliath.

Flore (forêts, savanes, plantes médicinales)

Dans la commune de Manjo, on retrouve les savanes et les forêts. Les forêts sont riches en produits ligneux et non ligneux, les arbres sont coupés abusivement pour le bois d’oeuvre et le bois de chauffe.

La pédologie

On trouve à Manjo des sols diversifiés et variés. Généralement, ils sont d’origine volcanique riches en matières organiques et très fertiles .Les sols ferralitiques typiques, les sols peu évolués sur basalte, les sols hydro morphes y sont également rencontrés dans les bas-fonds.

Milieu Humain

Histoire de la Commune

Manjo a été fondé au 19e siècle par un des descendants d’Ewang qui s’établit au lieu-dit Manewang (Enfant d’Ewang en langue Mbo’o). Ce lieu fût le tout premier quartier de cette agglomération. Le nom Manjo signifie éléphanteau en Mbo’o. Sa population est de 40250 habitants, 132 hts/ km2, à 70% jeune avec 24 ans de moyenne d’âge. On rencontre 02 ethnies autochtones : Manehas et Mouaménam. La population est étendue sur deux cantons et 33 villages. La chefferie Manehas est à Namba tandis que celle de Mouamenam est à Nsoung. Les cantons sont administrés par deux chefs supérieurs de 2e degré et 31 villages par les chefs de 3e degré. Au centre-ville de Manjo, les allogènes sont dirigés par les chefs de famille. Les Principales ethnies allogènes sont : Bamiléké, Mbo, Haoussa, Bakaka, Bamenda, Bassa, Diboum, Ewondo, Bororo, et Yabassi.

Religion

La religion est aussi variée que les groupes ethniques dans la commune de Manjo. On distingue le christianisme qui est la principale religion dans la commune, l’islam et l’animisme. Les populations chrétiennes sont constituées en majorité des protestants de l’Eglise Evangélique du Cameroun, des catholiques et des chrétiens des églises réveillées. L’activité économique est essentiellement basée sur l’agriculture et le petit élevage. Il s’agit des cultures vivrières (maïs, manioc, macabo, banane plantain, haricot), des cultures de rente (café, cacao, palmier à huile) et cultures fruitières. La culture de café soufre d’un abandon par les populations de la commune de Manjo du fait de la baisse des prix sur le marché mondial, du vieillissement des planteurs et des plantations, et de la réduction de l’espace de production au profit des cultures vivrières. S’agissant du petit élevage on peut noter les spéculations suivantes : porcs, volailles, moutons et chèvres.

Principales infrastructures par secteur

Les infrastructures abritant les services sont pour certains en bon état et pour d’autres dans un état de délabrement très avancé nécessitant par conséquent des travaux de réfection. Les services sont logés soit dans des bâtiments appartenant à l’Etat, soit dans les maisons des particuliers prises en location par l’Etat. Certains services ne sont pas présents dans la commune de Manjo.

Les ressources de la commune

Dans la quasi-totalité de l’espace géographique de la commune il existe des ressources telles que :

-Les carrières de sable non estimé à Abang, Lala village, Kolla mission, Manengoteng, Manjo-Etam et dans le cours d’eau Kandja.

-Carrière de Pouzzolane non estimé à Ngol.

-Les carrières de pierres potentielles non estimés à Ndom, Badjoungué, Nsoung, Namba, Abang, Lala village,

-Carrière d’argile blanche : potentiel non estimé à Ndom.

-Les forêts à : Mantem 1 et 2, N’lohé, lala village, Kolla carrefour, Kolla mission, Kolla songho, Abang, Ngol, Njoumbeng, Mouandong, Nsoung, Mouakoumel, Badjoungué

-Les cours d’eau poissonneux : La principale rivière est la dibombé, cours d’eau traversant l’arrondissement du nord au sud avec les principaux affluents qui sont : Gomo, midjok, ékouk, ndibe, mbouh et ndibè-émalte.

-terres cultivables, produits forestiers ligneux et non ligneux, sites touristiques (chutes, lacs, monts).