COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

YAOUNDE V

 

Maire           Mme ETOUNDI AYISSI

         née NGONO Yvette Claudine

Tél.                 +237 677 70 18 74
                      +237 222 22 04 62

Créée par décret présidentiel n°93/321 du 25 novembre 1993

Superficie 20 Km2 

Localisation de la commune : situation géographique

La commune d’arrondissement de Yaoundé 5e a été créée par décret présidentiel n°93/321 du 25 novembre 1993. Elle est issue de l’éclatement de l’Arrondissement de Yaoundé 1er.

Cette commune est située dans la région du Centre, département du Mfoundi. D’une superficie de 20 kilomètres carrés dont 15 kilomètres carrés environ réellement urbanisés, elle comptait en 2005 une population 259 922 habitants (RGPH, 2005), soit une densité d’environ 12 996,1 habitants/Km2. Les statistiques par sexe évaluent à 131 086 habitants pour le sexe masculin et 128 836 pour le sexe féminin ; ce qui conduit à un rapport de masculinité de 101,75%. Par extrapolation des données du RGPH et sur la base du taux (stable) de croissance démographique, la population de la commune d’arrondissement de Yaoundé 5 est estimée en 2014 à : 363 118 habitants.

Elle est gérée par un conseil municipal de 41 membres, un exécutif communal composé d’un Maire et de quatre adjoints.

La Commune d’arrondissement de Yaoundé 5e est limitée au Nord par la Commune d’arrondissement de Yaoundé 4e, à l’Est par les Communes de Soa (Département de la Mefou et Afamba) et et Nkol-Afamba (département de la Mefou et Afamba), à l’Ouest par le Commune d’arrondissement de Yaoundé 3e, au Sud par la Commune d’arrondissement de Yaoundé 1er.

DESCRIPTION DU MILIEU BIOPHYSIQUE

Le climat 

Yaoundé 5e fait partie de la Ville de Yaoundé qui elle-même est soumise à un climat de type équatorial (dit Yaoundéen). Bien qu’instable à cause du réchauffement climatique le climat est caractérisé par deux saisons sèches décembre-mars et juin-août, alternant aux deux saisons de pluies mars-juin et septembre-novembre. Les températures quant à elles varient entre 16° et 31°C On enregistre une température moyenne de 23,5oC contrastée entre 16 et 31oC selon les saisons et 1650mm d'eau par an. L'hygrométrie moyenne est de 80% et varie dans la journée entre 35 et 98%. Les vents fréquents sont humides et soufflent en direction du Sud-Ouest (quartiers Mvog-Ada, Essos et Nkol-Ebogo) ; les vents violents sont souvent orientés vers le nord-ouest (quartiers Ntem-Assi, Hôpital Général et Nkolkondi).

Il s’agit ici d’un climat favorable aux inondations et maladies hydriques, développement de moustiques et par conséquent du paludisme.

Le relief

La morphologie du relief épouse celle de la ville de Yaoundé avec des collines et des vallées souvent traversées par des cours d’eau. Il en découle ainsi deux grandes zones : Les zones non constructibles englobent d'une part, les secteurs de faible pente inférieure à 5% (Long de la rivière Ewoé par Mvog-Ada, Ntem, Mfoundi) dont les fonds de vallée généralement inondables et d'autre part, les zones de forte pente, sièges permanents d'érosion et d'éboulement (Ngousso, Mfandena). Les zones constructibles ou urbanisables sont les versants et sites de pente comprise entre 5 et 15%.

La végétation

La Commune d’arrondissement de Yaoundé 5 est constituée de deux zones : urbaine et sémi-rurale. La végétation est du type intertropical avec prédominance de la forêt humide méridionale (Wéthé .J.,1999 ; 2001). Les différents quartiers, disséminés de manière anarchique, laissent une place importante à la végétation dans les bas fonds. Se situant comme les autres communes de Yaoundé dans la zone de transition savane (au Nord) et forêt (au Sud), la végétation est de type transition arbustive. Cependant, avec l’urbanisation et l’anthropisation du milieu, on a affaire actuellement à : reliques de forêts sur les montagnes (quartiers sémi-ruraux Essessalakok, Ngoulemakong, Ngona, Abom et Nkolnkondi) ; forêt galerie/graminées dans les vallées (le long des ruisseaux et rivières Ebama, Mfoundi, Nkondi et Mewoulou) ; Arbres fruitiers dans tous les quartiers et la plupart des habitants à mesure que l’on s’écarte de la zone fortement urbanisée.

La végétation à Yaoundé 5 offre encore un paysage naturel où il bon vivre et dont la préservation doit être encouragée dans le respect des plans d’aménagement.

Le réseau hydrographique.

La CAY 5 est traversée par de petits ruisseaux et parmi les plus importants l’on retrouve :

-          Ewoé vers Mvog-Ada ;

-          Ebogo entre Mfandena et Essos ;

-          Foulou après Nkolmesseng ;

-          Mewoulou vers

-          Nkondi vers Nkofoulou (route de Soa)

-          Ntem le long de la voie ferrée ;

-          Mfoundi

-          Ebama vers Ngousso (face Hôpital général).

On note également la présence de plusieurs sources naturelles aménagées par endroit et très délabrées par ailleurs qui servent de cadre d’approvisionnement en eau potable pour la population des quartiers populaires défavorisés vivant sous le seuil de la pauvreté.

Le sol

Le sol de Yaoundé 5, tout comme les sols des autres commune de la ville de Yaoundé est en effet un sol rouge latéritique et forestier classique, horizon rouge plus ou moins superficiellement lessivé qui peut atteindre dans les conditions favorables une profondeur de 4 à 10 mètres, puis, horizon gravillonnaire, horizon tacheté et horizon d’altération de la roche-mère. (G. Bachelier, 1985).

Outre les zones marécageuses, ce sol s’avère chimiquement pauvre, mais peut cependant supporter de riches cultures en zone semi-rurale, s’il est enrichi ou tant qu’un couvert forestier significatif le protège de l’érosion. (G. Bachelier, 1985).

CARACTERISTIQUES HUMAINES ET ASSOCIATIVES

DONNEES DEMOGRAPHIQUES

Selon le RGPH 2005, la CAY 5 comptait en 259 922 habitants. En s’en tenant à un taux d’accroissement (en augmentation) de la population de la ville de Yaoundé qui est 3,1 entre 1976 à 1987 et de 3,4 entre 1987 à 2005, l’on peut estimer la population de Yaoundé 5 en 2014, à environ 363 118 habitants. Les populations autochtones s’y sont installées depuis les années 1800. La pyramide des âges a la forme d’un parasol. Les jeunes représentent une couche très importante de la population.

Tableau 1 : évolution de la population de Yaoundé 5e

Année

Population

Source

1987

 

Commune encore intégrée à Yaoundé 1er à cette date.

2005

259 922

Données étude 2005 Recensement général de la population camerounaise BUCREP

2014

363 118

Données obtenues par extrapolation sur le taux de progression démographique de la population de Yaoundé qui est de 3,4%.

Sources : RGPH, extrapolations des consultants ASSOAL étude PCD de Yaoundé 5e.

Dynamique associative dans la CAY 5

La vie associative au sein de la CAY 5 est à apprécier sur diverses facettes. Les données recueillies lors des forums de quartiers ressortent une volonté associative à la base à travers des initiatives culturelles et communautaires. Cependant, les interviews semi-structurées avec les responsables de la Mairie, du MINPROFF et du MINJEC relèvent une faible structuration des associations de femmes et de jeunes. Pour ce qui est des associations féminines, elles sont regroupées au sein du RAFPROM, antenne de Yaoundé 5. Elles bénéficient des formations et accompagnement du MINPROFF. Mais la faible adaptation des leaders féminins aux méthodes modernes de management et notamment l’usage des TIC, constitue un obstacle no négligeable à la réalisation de leurs missions. Les organisations de jeunesse comme de femmes manquent de lisibilité à long terme de leurs interventions ainsi qu’une faible implication dans l’espace public. Des initiatives telle que l’accompagnement des organisations de base à s’impliquer dans la gouvernance locale et notamment pour l’accompagnement des initiatives locales d’accès des habitants aux infrastructures sociales de base sont à encouragées.

En résumé, la société civile structurée en mouvements citoyens de renforcement d’amélioration des politiques publiques de développement local reste à renforcée. Près de 49% des populations touchées disent faire partie d’une association. Il s’agit dans la plupart des cas des associations d’entraide mutuelle, de tontines, de groupe d’aide au développement, d’entités d’activités génératrices de revenus, des comités de vigilance, etc. Des groupements communautaires spécialisés sur le développement des quartiers se font encore rares et quand bien même ils existent, ils évoluent dans la précarité et posent des actions très peu structurées. C’est dans ce deuxième cas que quelques réalisations ont été identifiées dans le cadre des ouvrages d’accès à l’eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement. Ces actions sont généralement portées par des groupes de jeunes et d’hommes. Les populations accusent un manque de formation et de connaissances appropriées sur les principes de développement communautaire. 40% d’entre elles ont déjà pris part à une initiative de développement au sein de la localité. Cependant, 83% d’habitants interrogés sont disposés à soutenir toute initiative visant à doter leur quartier d’un cadre de vie plus décent.

MILIEU HUMAIN

Répartition géopolitique

            L’arrondissement de Yaoundé 5e est composé de 32 quartiers et villages répartis ainsi qu’il suit en 11 grands blocs de quartiers :

  • 7 quartiers en zone urbaine (Djoungolo ou Mvog-Ada) ; Essos ; Ngousso ; Mfandena ; Omnisport ; Nkolmesseng ; Ntem ;
  • 4 villages composant la zone rurale : Essessalokok ; Abom ; Ngona et Nkolnkondi.

Réunissant 14,3% de la population du Mfoundi, la commune compte 41 conseillers municipaux avec une configuration politique constituée totalement du RDPC. Ses 32 quartiers et villages sont répartis sur une superficie de 20 Km2.

GROUPES ETHNIQUES ET RELATIONS INTER-ETHNIQUES

            La population de la commune est essentiellement hétéroclite. De façon globale, on y retrouve :

  1. Les autochtones : ;
  2. Les allogènes : les Béti, les Bamiléké, les Haoussa, les Douala, les Mbamois, les Anglophones, et une kyrielle d’autres tribus. Les populations Bamilékés restent majoritaires. Toutes ces ethnies cohabitent en toute harmonie.

RELIGION

            Les religions pratiquées dans la commune sont par ordre d’importance, le Christianisme, l’Islam et l’animisme.

MOBILITE DE LA POPULATION

Les populations se déplacent essentiellement vers :

  • Les administrations publiques et privées
  • Les lieux d’exercices de leurs activités commerciales (les marchés, les ateliers)
  • Les établissements scolaires et universitaires

Mode de déplacement des populations

Le mode de transport est celui des mototaxis, des taxis et les véhicules personnels à usage de taxi qui sont des voitures non peintes en jaune mais exerçant dans le transport public.