COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

SOA

 

Maire ESSAMA EMBOLO

Tél.  +237 677 60 92 30

 Superficie 326km²

 

Localisation
La commune de Soa qui couvre l’arrondissement  de Soa est l’une des communes du département de la Méfou et Afamba dans la province du Centre.
La commune de Soa est située en pleine zone de forêt équatoriale riche en bois d’essences variées et une faune diversifiée en disposition. Elle est limitée :
-    Au  Nord,    Nord-Ouest  et    Nord-Est  par    les  arrondissements  d’Obala    et Esse(Edzedouan)
-    Au Sud, Sud-Est et Sud-Ouest par Yaoundé V et Nkolafamba
-    A l’Est par l’arrondissement de Awae
-    A l’Ouest par l’Arrondissement d’Obala

Le territoire couvre une superficie de 326km² de forme imprécise. Il s’inscrit entre 3°59’ et 4°08’N et 11°31’ et 11°43’ Est.
Le relief très heurté avec ses multiples vallées très encaissées propices à la pisciculture, est celui d’un plateau très disséqué qui s’incline du Sud vers le Nord, passant de 740m à 800m dans le petit massif de Ndogo à l’extrême Sud-Est à 580 à 600m d’altitude à la pointe Nord de l’arrondissement suivant une pente douce de 0,66%.
Les sols sont de type ferralitique où l’hydrolyse des minéraux des roches par les eaux de pluie abondantes et chaudes est complète. Cette qualité de sol ainsi que la présence des rochers donnent des possibilités de création des carrières. Ce sont des sols pauvres en éléments nutritifs à PH compris entre 4 et 6. Ils sont profonds par la présence de la matière organique, rouge argileux, meubles et perméables.
Le climat est équatorial à 4 saisons : une grande et une petite saison des pluies et une grande et une petite saison sèche.  Le réseau hydrographique s’organise autour de la rivière Afamba et de ses principaux affluents : le Mbende et la Foulou. Plusieurs rivières arrosent suffisamment la commune. Toutes ces rivières collectent les eaux d’innombrables ruisseaux et les drainent vers la Sanaga au Nord. La forêt est semi caducifoliée à sterculiacée et ulmacée. Elle comporte des grands arbres à fûts rectilignes et à écorces grises. Cependant, l’occupation humaine a fortement affecté cette forêt modifiant profondément sa physionomie. Dans la commune, on pratique une agriculture itinérante sur brûlis, assez consommatrice d’espace et avec conséquences néfastes sur les sols. Le périmètre urbain ne couvre que 2 à 3% de la superficie de la commune, ce qui lui confère encore sa vocation rurale malgré sa situation à proximité de Yaoundé et la présence  en son  sein  de l’université  de Yaoundé  II. En ville, l’enlèvement des ordures n’est pas très organisé et permanent. La commune s’en acquitte épisodiquement. Les populations déposent les ordures n’importe où, ce qui favorise le développement des moustiques et des conditions d’hygiène et salubrité assez mauvaises.


Milieu humain et organisation sociale
La  population est disséminée dans 4 groupements avec 39 villages et 5 quartiers urbains. La grande majorité de la population est urbaine compte tenu de l’existence de l’université qui compte près de 20 à 25000 étudiants. La commune de Soa est essentiellement habitée par les ‘‘betis’’ répartis par clans : les Etenga, Yeminkol, Ndong, ba’aba. Notons la présence des Etons dans certaines localités vu la proximité du département de la Lékié, et d’autres ethnies (Bamiléké, Nordistes, Bassa, Douala) venant d’autres régions et résidant principalement en ville. Dans la commune de Soa, hormis les chefs traditionnels, aucune autre forme d’autorité ne réglemente la vie sociale et administrative. Les groupements qui sont les grandes familles territorialement limitées ont à leur tête les chefs de groupement qui sont les chefs de 2e degré auxiliaires de l’administration. Les chefs traditionnels participent au développement local et servent de courroie de transmission entre les communautés et l’administration. Dans tous les villages on retrouve les associations de solidarité qui ont pour rôle l’entraide entre les habitants, la mobilisation de l’épargne et parfois l’octroi des petits crédits. Pour les travaux agricoles ils existent les groupes de travail en commun qui permettent de réduire la pénibilité de travail des populations en forêt.
Notons la présence de quelques GICs se confondant parfois aux associations de solidarité et parfois in opérationnels sur le terrain.
Plusieurs obédiences religieuses sont rencontrées :
-    Les Catholiques les plus nombreux
-    Les protestants et d’autres confessions
-    Les Musulmans très peu nombreux
Sur le plan politique le seul parti émergent et territorialement installé est le R.D.P.C., parti du pouvoir.