COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

GALIM

  Maire TSHOUONGANG Elie Saker 

 Commune créée par Décret N° 62/DF/338 du 17/09/1962

Superficie 513 Km2

Population 45 335 habitants soit  88 Habitants au Km2

Nombre de Conseillers 25

Localisation

La commune de GALIM est située à environ 22 Km de MBOUDA sur la route régionale P 15 reliant le département des BAMBOUTOS au département du NOUN en passant par KOUOPTAMO. Elle dépend du Département des BAMBOUTOS dans la Région de l’Ouest Cameroun.

La commune de GALIM    est situé entre    5°30’ et 5°50’ de latitude Nord  longitude Est, puis  du   entre 10°15’ et 10°35’ de longitude EST. Elle est limitée :
-    Au nord par la commune de BALIKUMBAT
-    Au sud par la commune de MBOUDA (groupements BAMENDJINDA BAMEKOBOU et BAMESSO) et la commune de KOUOPTAMO
-    A l’Est par la commune de KOUOPTAMO dans le NOUN,et la commune de NDOP
-    A l’Ouest par la commune de MBOUDA (groupement BAMESSINGUE) et la commune de SANTA.
Elle a été créée par décret :
-    Décret n°60-276 du 30/12/1960 portant création du District de GALIM
-    Décret n°62/DF/338 du 17/09/1962 portant transformation  du  District  de GALIM en Arrondissement de GALIM et créant la Commune Mixte Rurale de GALIM
Sa superficie est de 513  Km2   pour une population de 45 335 habitants (chiffre  de 2005) soit environ 88 habitants par Km2
GALIM    a 04 Groupements (BAGAM, BAMENYAM, BAMENDJING et BATI),
avec près de 54 village de 3ème  degré, mais pour répondre aux exigences du PNDP certains villages peu peuplés ont été regroupés pour avoir finalement 47 villages de planification

Milieu biophysique

Climat
Caractérisé  par une longue saison pluvieuse qui va de mi-mars à mi–novembre et une courte  saison sèche allant de mi-novembre à mi-mars. La pluviométrie moyenne annuelle est comprise entre 1500 et 1800 mm

Sols
Les sols sont diversifiés:
•    Les cendres crachées par les BAPIT sont prédominants dans les groupements BATI et BAMENDJIN. Ces sols noirs et riches sont pour la plupart des cas sur roches volcaniques poreuses (pouzzolane).
•    Les sols ferralitiques et gravillonnaires apparaissent par endroit en remontant vers le Centre de GALIM, les groupements BAGAM et BAMENYAM

Relief
Le relief de GALIM se situe dans la   mouvance des monts Bamboutos. Il est donc fort accidenté. D’une manière générale on peut distinguer :
·    Les zones de collines comme à KOSSAP dans le groupement BAMENYAM ; ces zones sont des lieux par excellence de l’élevage du gros bétail.
·    Les vallées abondantes et les basses terres utilisées pour les cultures saisonnières et très convoitées par les éleveurs en saisons sèche pour la transhumance.
·    Les plateaux utilisés comme zones de polycultures et d’habitations.

Hydrographie
GALIM   se   trouve   être   le   réceptacle   des   cours   d’eau   du   département   des BAMBOUTOS. on note la présence de plusieurs cours d’eau d’envergure qui peuvent changer de nom en traversant les groupements. Tous ces cours d’eau sont recueillis dans le basin du NOUN à  BAMENDJIN.

Flore et Végétation

La végétation est essentiellement est celle de la savane arbustives et arborées, avec :
·    de nombreux arbres fruitiers (goyaviers, orangers, manguiers, avocatiers, safoutiers, canarium...), des bananiers dans les zones d’habitation.
·    Des parcelles de raphia entourent les sources, longent les ruisseaux et parfois sont associées aux autres cultures au sein même des plantations.
·    Les essences médicinales comme le VOACANGA ou le PIGYUM AFRICANUM sont de plus en plus plantés soit dans les domiciles, soit dans les champs
·    La végétation dominante reste cependant celle faite de cultures vivrières et maraîchères.

Faune
Du  fait de la pression des activités humaines (champs, élevage et habitations) sur toute l’étendue de la surface communale, la faune de l’espace communal est peu fournie. Cependant GALIM reste l’une des rares communes de la région de l’Ouest où l’on peut encore rencontrer sporadiquement des espèces comme les antilopes, les singes et les phacochères  dans les alentours du barrage de BAMENDJING.

 

Milieu humain

Quelques repères historiques
Les populations de GALIM seraient très probablement venues de l’Adamaoua, à Tignère dans le département de FARO et Déo, En effet, au sud-ouest de ce Département vivait un monarque musulman qui s’appelait ALIM. Quand quelqu’un voulait se rendre dans son territoire, en Fulfulde, cela se dit ‘’MI DO YA GAL ALIM’’ c’est-à-dire ‘’je vais chez ALIM’’ ou ‘’je vais vers ALIM’’ c’est la contraction de ‘’GAL ALIM’’ (vers ALIM) qui a donné le nom de GALIM
La commune de GALIM a été créée par Décret n°62/DF/338 du 17/09/1962 portant transformation du District de GALIM en Arrondissement de GALIM et créant la Commune Mixte Rurale de GALIM. Cette Commune compte quatre groupements que sont BAGAM, BAMENYAM, BATI et BAMENDJING. En 1967 le Compte administratif de la Commune n’atteignant plus 3 500 000 F CFA requis par la loi GALIM fut rattaché à la Commune de Mbouda pour former la commune Mixte Rural de MBOUDA-GALIM, GALIM étant resté une section communale. C’est en Avril 1977 que GALIM Retrouvera son autonomie sous l’appellation de Commune Rurale de GALIM pour devenir en 2004 la Commune de GALIM. Depuis sa création jusqu’à nos jours les maires qui se sont succédé à la tête de la Commune sont :
    Mr  TCHE  Gilbert (Maire de 1962 à 1967) ;
    de 1967 à 1977 GALIM est rattachée à la Commune de Mbouda,
    Mr LEOUE YETENDJI Thomas (sous-préfet-Maire de 1977 à 1981),
    Mr LELE  Emmanuel (sous-préfet-Maire de 1981 à 1985),
    Mr TCHINDA Joseph (Maire de 1985 à1990),
    Majesté MBOKONOKO   Mathias (Maire de 1990 à 1996),
    Mr OTTO  NOTEWA  Samuel (Maire de 1996 à 2002)
    Mr TSHOUONGANG  Elie  Saker (Maire de 2002 à nos jours).

Population

Taille et structure de la population
D’après    le    Rapport   de   Présentation   des   Résultats   Définitifs    du    Troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat au Cameroun publié le 30 Mars 2010, le Commune de GALIM compte 45 335 habitants dont 21706 hommes et 23629 femmes (chiffre de 2005) le taux d’accroissement de 2005 à 2010 est de 2,6 d’après le même rapport. Ceci nous permet d’évaluer la population de la Commune de GALIM à 51541 habitants en 2010.

Groupes ethniques et relations interethniques
La population  est uniquement constituée de bamiléké et précisément des autochtones repartie dans quatre groupements : BATI, BAMENYAM, BAGAM, BAMENDJING. On rencontre quelques Foulbés Bororos dans les différents groupements.

Religion
Au plan religieux, la religion traditionnelle ou animisme, est profondément   ancrée dans les mœurs des populations de la commune de GALIM Mais des églises catholiques, des temples protestants et autres églises de réveil se côtoient, conférant ainsi à la commune tout son caractère multiconfessionnel et laïc. Les BOROROS et quelques ressortissants du NOUN constituent la minorité des musulmans de la commune


Principales activités économiques

Agriculture
Dans la région de l’Ouest en général et dans le Département des BAMBOUTOS en particulier la commune de GALIM est la destination rêvée pour la pratique de l’agriculture. Cette activité qui est pratiquée essentiellement de manière traditionnelle occupe la majeure partie de la population et représente la source principale du revenu familial.
L’agriculture périurbaine est surtout faite des cultures maraichères. Mais comme l’association des cultures est une pratique courante dans la région de l’Ouest, l’agriculture périurbaine est aussi faite de bananiers et des fruitiers qu’on plante derrière la maison ou un recoin de la cour Les cultures d’exportation sont représentées par les parcelles de caféiers,

Élevage et pêche
L’élevage est essentiellement du type traditionnel. Des   populations de la commune élèvent autour de leurs  cases de la volaille  des chèvres et moutons qui sont attachés dans les parcelles en jachère ou laissés en divagation.
La pêche artisanale est pratiquée au filet et à la ligne dans les eaux du barrage de Bamendjing, mais vu la pauvreté de ce barrage en ressources halieutiques, les produits de la pêches sont constitués en général de menus fretins. D’où le problème de la valorisation insuffisante des eaux de ce barrage.
L’élevage non conventionnel est représenté par quelques apiculteurs Quelques éleveurs de lapins et aulacodes (comme Monsieur FOGHAB POUFONG VICTOR au centre urbain de Galim)

Collecte des produits forestiers non ligneux
L’exploitation  des  bambous  raphia  est  faite  pour  la  fabrication  d’objets  d’art  (tabouret, armoire etc.) les cageots destinés au transport des fruits et légumes.

Artisanat
L’artisanat se résume à la fabrication des chaises en bambou et en rotin, des paniers, corbeilles et sacs en fibre de raphia, la sculpture sur bois est rare. La confection de vêtements (couture) ainsi que la broderie sont aussi pratiquées dans la majorité des cas dans les centres d’agglomérations et le centre urbains de GALIM.

Commerce
C'est la vente des produits agricoles, pastoraux, et quelques produits   manufacturés issus des villes comme Mbouda, Bamenda, Douala et Bafoussam qui constitue l’activité commerciale de la commune de GALIM

Services (banque, transport, et ;)/Secteur privé
Les Services vendus  dans la Commune de GALIM sont :
-    Le Transport (moto-taxi, porte-tout, transport en commun…)
-    Les cabines téléphoniques,
-    salon de coiffure,
-    Les  Établissements de micro finance comme EXPRESS-UNION, BATOCUL au centre urbain de GALIM, LI’SIEH DEVELOPPEMENT FUND à BAMENYAM

Education
Le secteur de l’éducation de base de la commune de GALIM est en général déficitaire, en termes de nombre de structures de formation disponibles, qualité des structures/infrastructures disponibles, types d’enseignements dispensés matériels didactiques utilisés, nombre et qualité des enseignants/animateurs en service dans les établissements…

Santé/VIH/SIDA et Infections sexuellement Transmissibles
GALIM  est     un district de santé, avec  les 9 aires de santé   (aire de santé de BAGAM, de  MEVOBO,      de  BATI,      de  BAMENDJING,    de  BEKONG,  de    BESSA,  de BAMENYAM, de NGOYO, et de MENFOUNG) Ce secteur est en général déficitaire, en termes de nombre de structures disponibles, qualité des structures/infrastructures disponibles, types de soins dispensés, le plateau technique, matériels utilisés, nombre et qualité du personnel en service dans les unités de soins de santé…

VIH/SIDA et IST
Pendant les ateliers de planification dans les villages, il est ressorti que la population de la commune de GALIM est relativement bien sensibilisée sur la réalité de l’existence du VIH/SIDA et les IST en général., les participants ont chaque fois très librement abordé et discuté du thème de VIH/SIDA .Mais l’outil « ligne de vie » a été utilisé pour contribuer à la sensibilisation de la population. Il a permis aux participants d’identifier facilement  les facteurs d’infection en rapport avec l’âge et les activités des individus


Hydraulique
Malgré les potentialités dont dispose la Commune de GALIM, (possibilité d’adduction d’eau gravitaire), l’accès à l’eau potable demeure une grande préoccupation. Les points d’eau réalisés dans les villages ont été soit mal exécutés (cas des puits asséchés comme celui de MBEVE II mis en service en 2010 et déjà plus une goutte d’eau, ou celui de l’entrée de la chefferie BAMANYAM), soit non entretenus. Il s’agit ici dans la majorité des cas des sources qui pour un simple robinet cassé ou un tuyau bouché est abandonné. L’exemple est plus parlant en ce qui concerne le centre urbain de GALIM qui est alimenté par une adduction d’eau gravitaire. Sur les 14 bornes fontaines réalisées dans la ville, seules 05 sont fonctionnelles.
En zone rurale les populations sont contraint  à consommer de l’eau des sources et des rivières, ce qui les expose aux maladies diverses.


Electrification
Le souci des autorités municipales est d’étendre le réseau de fourniture de l’électricité dans la plupart des localités de la commune. La couverture actuelle du territoire par l’électricité domestique reste très faible. Les villages qui sont raccordés au réseau AES/SONEL le sont partiellement. Le réseau existant dans les villages raccordés est souvent monophasé, ce qui entraîne des baisses de tension fréquentes et très préjudiciables à développement de  certaines activités économiques
En somme, Les sources d’énergie utilisées dans la commune de GALIM sont le bois de chauffage, les produits  pétroliers, l’électricité et le gaz domestique pour certains privilégiés qui peuvent s’en procurer à MBOUDA. Les autres sources d’énergie telles que le biogaz ou l’énergie solaire ou éolienne ne sont pas encore connue


Réseau routier et voirie urbaine
Les infrastructures routières constituent le talon d’Achille du développement de la commune de GALIM. La route régionale ‘’la provinciale N°15’’qui relie Mbouda à GALIM, est la seule route considérée être carrossable en toute saison. L’exécution des travaux d’entretien courant ou périodique se fait par la technique de Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO)
La voirie urbaine est vieille et n’évolue pas, tant dans la ville de GALIM que les quatre groupements de la commune le phénomène de l’habitat spontané est très caractéristique. Les rues sont étroites, irrégulières et on note çà et là, l’implantation des maisons et autres infrastructures dans l’emprise des voies

Marchés et structures de stockage
Les marchés fréquentés pour les approvisionnements et/ou écoulements des produits agropastoraux ou manufacturés sont les marchés périodiques de GALIM-Centre urbain, de BAMENYAM, BAGAM, BATI, et BAMENDJING.  D’autres marchés périodiques d’importance non négligeable sont matérialisés par la construction des hangars de marché à KIENEGHANG et MENFOUN
Les structures de stockage sont très rares dans l’espace communal. Pour toute la commune de GALIM deux (02) magasins communautaire de stockage ont été construits à KIENEGHANG avec l’appui de BINUM (ONG dont le siège est à Bafoussam), et à BAMENDJING avec l’appui du comité de développement de BAMENDJING et de CONGEH (Coalition des ONG du Cameroun œuvrant dans le domaine des établissements humains).

Equipements sportifs et de loisir
Les  équipements  sportifs  à  proprement  parlés  sont  inexistantes  dans  la  commune  de
GALIM. Ce qui tient   lieu de stade municipal   est une aire de jeu qui nécessite beaucoup d’aménagements
Dans la plupart des établissements scolaires les devantures des salles de classe  sont transformés en aires de jeux.

Espaces verts/sites touristiques
Les paysages pittoresques du mont KOSSAP à BAMENYAM avec les chevaux qui y sont élevés par la communauté BORORO constitue est une merveille cachée pour les moments de détente. Les chefferies traditionnelles de BAMENYAM, BAGAM, BAMENDJING, BATI,  sont des potentiels sites touristiques
Le Barrage de BAMENDJING est un site touristique qu’il faut absolument visiter, car des structures d’accueil modernes ont été prévues lors de la construction du barrage et la cité des cadres d’AES-SONEL qui est contigüe assure  l’approvisionnement en eau potable et en électricité

Etablissements touristiques
La couverture en service de tourisme est assurée par la délégation départementale de tourisme des BAMBOUTOS qui encadre quelques infrastructures hôtelières comme le CENTRE TOURISTIQUE DE BAMENDJING, les auberges MOTEL DES PRINCES au centre ville de GALIM, et LE METRO dans le groupement BATI.

 Services administratifs
Les Services Déconcentrés de l’Etat (SDE) implantés dans la commune de GALIM sont
·    La sous-préfecture
·    La brigade de gendarmerie
·    Service de district de santé et Hôpital de district,
·    Délégation d’Arrondissement de l’Agriculture et du développement Rural,
·    délégation de l’élevage des pêches et des industries animales
·    le service d’arrondissement des affaires sociales
·    l’éducation de base et les enseignements secondaires.
·    Le poste forestier et faune
·    Le centre multifonctionnel des jeunes ;

Services privés (télécommunication, micro-finance, etc.)
Les services privés implantés dans la commune de GALIM sont
·    Le CAMPOST qui assure le service minimum de transfert d’argent, épargne, vente des unités de communication (crédits) de MTN et ORANGE dont la couverture est assez limitée dans la majorité des villages de la commune
·    Les Établissements de  micro finance comme  EXPRESS-UNION,  BATOCUL au centre urbain de GALIM, LI’SIEH DEVELOPPEMENT FUND à BAMENYAM
Le Transport (moto-taxi, porte-tout, transport en commun…), les ateliers de dépannage des motocyclettes, les cabines téléphoniques (call box), les salons de coiffure font partie des services vendus dans l'espace communal.