COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

SOULEDE-ROUA

 

Maire Bihina Richard

Tél.   +237 677 21 58 67

  

Localisation de la commune

- situation géographique

La commune de ROUA est située dans l’Arrondissement de SOULEDE - ROUA, Département du Mayo-Tsanaga, Région de l’Extrême-Nord.

Elle comporte deux espaces urbains : SOULEDE et ROUA

Elle est limitée :

- au Nord par l’arrondissement de Koza

- au Sud et à l’Ouest par l’arrondissement de Mokolo

- à l’Est par l’arrondissement de Méri

La ville de ROUA est situé à 38 km de la ville de MOKOLO chef lieu du département.

Description du milieu biophysique

La commune de ROUA présente un climat tropical de type Soudano-sahélien avec une saison sèche qui va de mi – septembre à Avril de chaque année et dont les températures vont de 25°c à 45°c et une saison des pluies de Mai à Septembre de chaque année, avec une température d’environ 35°c et une pluviométrie de 700-900mm en 50-60jours.

Le relief est dominé par quelques collines dont le point culminant est mont Soulédé.

Le sol est constitué en majorité de sols caillouteux et rocailleux.

La commune de ROUA est traversée par le Mayo ROUA auquel la commune doit son nom

La végétation est constituée d’une savane arborée, dégradée par endroit en savane à épineux de montagne.

La faune sauvage est réduite à quelques animaux sauvages qui vivent dans les montagnes; il s’agit de quelques hyènes, biches, singes, gorilles, lapins, lièvres, panthères.

Les unités écologiques rencontrées à ROUA sont : les champs des cultures (vergers, cultures maraîchères et vivrières), les zones de pâturage, les montagnes, et les cours d’eau.

Le climat :

La commune de ROUA présente un climat tropical d’altitude. Les températures sont relativement basses de décembre à janvier (20-25°) et très élevées en Mars et Avril (40-45°c). Les précipitations varient entre 700 et 900mm en 50-60 jours et la saison des pluies dure environ cinq (05) mois de Mai à Septembre. Le climat est le même tant en espace urbain qu’en zone rurale de la commune.

Le vent dominant est l’harmattan qui souffle du Nord au Sud.

Les sols :

Les sols de la commune de ROUA sont sablo rocailleux. Le long des mayo, on retrouve des parcelles aux sols Sablo argileux propice aux cultures maraîchères.

Relief :

Le relief de la commune de ROUA est dominé par des collines dont la plus élevée se trouve à Soulédé appelé mont Soulédé qui culmine à 900m d’altitude.

Hydrographie :

La commune de ROUA est arrosée par neuf cours d’eau :

- Le Mayo Tsanaga qui sert de limite entre l’Arrondissement de Mokolo et l’arrondissement de Soulédé Roua cours d’eau

- Le mayo Roua.

- Le mayo Malangaz

- Le Mayo Mazam

- Le mayo Kaza

- La mayo Kelewe

- Le mayo Bastad

- Le mayo vereodjed

- Le mayo mekoudom

Flore :

Elle est constituée d’une savane arborée dégradée par la surexploitation des activités agricoles, le surpâturage, la rudesse du climat et l’exploitation anarchique du bois et le feu de brousse.

La faune

La faune sauvage est réduite à quelques petits animaux qui vivent surtout dans les montagnes.

Unités écologiques :

Il n’existe pas d’aires protégées dans la commune.

Les unités écologiques présentes dans la commune de ROUA sont constituées de :

Les champs de cultures

Les zones de pâturage

Les montagnes

Les plateaux ou collines

Les cours d’eau

La réserve de Madolvo d’une superficie de 400 hectares à la limite Tokombéré –Roua constitue une importance source de bois de chauffe et bois d’oeuvres.

Ressources minières

Il n’existe pas des ressources minières dans la commune à l’exception des carrière de sables de graviers et pierres.

Milieu humain

Repère historique de la commune

L’Arrondissement de Soulédé – Roua est composé de deux grands regroupements que sont Soulédé et Roua distant de 13 km linéaires.

L’appellation de la commune « SOULEDE –ROUA » a une origine politique car c’est suite à la réunion des élites extérieures résidant ailleurs que ce nom a été donné. A sa création, c’était la commune de Soulédé, mais au fil des temps c’est devenu la commune de Roua par- ce que c’est le chef –lieu de l’Arrondissement.

La commune de Roua est fonctionnelle depuis 1996 avec 25 conseillers municipaux issus d’un même partis politique, le RDPC.

En 2007, le nombre de conseillers municipaux est passé de 25 à 31 suite au recensement de la population qui a porté le nombre de la population de l’Arrondissement à 80 000 habitants

La superficie est 340 Km². Le nombre de village/ chefferies de 2e degré est de 34. Le relief de Roua est complètement montagneux surmonté des hautes collines sur lesquels il très difficile de pratiquer

Groupe ethniques et relation inter – ethnique

La population de la commune est essentiellement constituée des MAFA en dehors de quelques allogènes venus dans le cas de service. Les populations vivent en harmonies.

Religion

Les religions pratiquées dans la commune sont par ordre d’importance, le christianisme l’animisme et l’islam.

Mobilité de la population

Les populations se déplacent essentiellement Vers:

- les marchés périodiques, de Soulédé les samedis, de Roua les Mardis, de Mokolo les mercredis

- les centres de santé de Midre, Madakonai 1, Oudoumzarai, Roua et l’hôpital de Roua

- Les administrations à Roua et à Mokolo

Organisation sociale

La société de la commune de roua est organisé en 34 chefferies de 2e degré qui dépendent du chef du 1er degré résident à Mokolo

Habitat

Hors mis les centres urbain Soulédé et Roua les concessions sont disséminés à travers les différents villages qui constituent la commune de Roua. Les cases sont construites en terres battues surmontées de paille et quelques tôles.

Système foncier

Les champs sont hérités du père au fils. La fille n’a pas droit à l’héritage. Le titre foncier est inexistant .Les champs peuvent s’acheter traditionnellement et les prix sont fixés par les propriétaires terriens en présence de quelques témoins qui valident la vente notamment les djaoros.

Les activités économiques

L’économie de la commune de ROUA est basée sur :

- l’agriculture (sorgho de saison des pluies, arachide, niébé, soja, patate douce, les cultures maraîchères et fruitières, coton),

- l’élevage (bovins, caprins, ovins, volaille, porcins, asins et équins),

- le petit commerce

- et l’artisanat.

L’agriculture

C’est la première activité économique de la commune et les principales cultures pratiquées sont :

Cultures vivrières : Sorgho de saison des pluies, le maïs, l’arachide, le niébé, soja, voandzou, patate douce, pomme de terre et le manioc.

Cultures maraîchères : tomate, morelle noire, chou, salade, concombre, poireau, carotte, oseille de guinée, corète potagère, piment et gombo.

Cultures fruitières : manguiers et goyaviers

Culture de rente : Le cotonnier

Les superficies moyennes sont d’environ 0,25ha pour les femmes et 0,5ha pour les hommes ; ces terres s’acquièrent par héritage, par cession, par location ou par achat.

Le matériel agricole est généralement rudimentaire (houe, daba, machette), néanmoins les paysans nantis de moyens pratiquent la traction animale (bovine ou asine) pour exécuter certains travaux champêtres.

Les prix des denrées agricoles varient en fonction du temps et augmentent au fur et à mesure qu’on s’écarte de la période de récolte.

L’élevage, pêche et industrie animale

Bien que traditionnel, l’élevage fait partie des habitudes des populations de ROUA.

En saison sèche, le gros bétail se déplace dans l’arrondissement de Koza à la recherche de l’herbe fraîche.

Les éleveurs de ROUA disposent des zones de pâturage, des mares, des pistes à bétail et des chefs de centres zootechniques et de contrôle sanitaire et vétérinaire pour leur encadrement.

La pêche :

Elle est inexistante à ROUA du fait de l’absence des cours ou surfaces d’eau permanente.

Sylviculture

La sylviculture existe belle et bien dans la commune de Roua. 2 pépiniéristes encadrés par le chef de poste forestier produisent des plants.

Collecte des produits forestiers non ligneux

La Collecte des produits forestiers non ligneux se limite aux fruits des zizyphus et du tamarinier.

Artisanat

L’artisanat est peu développé. Il se résume à quelques forgerons qui fabriquent les houes, haches et fossiles ; des potiers qui fabriquent les canaries et les vanniers ou les cordonniers.

Commerce

La proximité de la commune avec le Nigeria favorise le commerce informel du carburant et des produits de première nécessité. Néanmoins la commercialisation des produits agricoles et d’élevage est la plus intéressante malgré les difficultés de transport des lieux de production aux lieux de vente que sont les 3 marchés hebdomadaires de la localité.

A côté du marché de ROUA et de Soulédé dans la commune, il y a aussi les marchés de Mokolo et même de Maroua qui permettent de ravitailler les différents commerçants de la commune en produit manufacturés.