COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

GUEME

 

Maire        DJAFSIA André

Tél.      +237 699 12 14 18

Créée par décret  n°93/321 du 25 novembre 1993

Superficie de 400 km²  

Localisation de la commune

La Commune de Guémé est créée par décret présidentiel n°93/321 du 25 novembre 1993. Elle est située dans la Région de l’Extrême Nord du Cameroun, dans le département du Mayo Danay, entre les 10e et 11e degrés de latitude Nord et les 14e et 15e degrés de longitude Est, pratiquement à la frontière du Cameroun avec le Tchad. Cette Commune qui occupe tout l’arrondissement de Vélé couvre une superficie de 400km² et compte 18 villages répartis sur trois axes.

La Commune Guémé est limité :

Au Sud par la Commune de Yagoua ;

Au Nord par la Commune de Kaïkaï ;

A l’Ouest par la Commune de Kalfou et Moulvoudaye ;

Et à l’Est par le fleuve Logone qui constitue en même temps la limite naturelle du Cameroun avec le Tchad.

Milieu biophysique

Climat

Le climat est de type soudano-sahélien, avec une longue saison sèche (Septembre-Mai) et une courte saison de pluie (Juin-Août). Son relief est constitué d’une vaste savane étalée sur une plaine uniforme. Le paysage est celui de steppe et de savane arbustive.

Relief

Le relief de la commune est extrêmement plat, constitué essentiellement de vastes plaines sableuses.

Sol

Le sol de la Commune est de type sablo-argileux.il est essentiellement constitué des vertisols.

Hydrographie

La commune est arrosée par le fleuve Logone, le mayo Cléréo le cours d’eau Danay vers la partie ouest de l’arrondissement.

Flore

La flore de la Commune est très peu diversifiée. Les principales espèces végétales arborées rencontrées sont les Margousiers ou Neems (Azadirachta indica), Faidherbia albida, Acacia seyal, Balanites sp. La strate herbeuse est rare et composée de quelques scrofulacées parasites des cultures comme Striga Hermontica.

Faune

La faune est très peu diversifiée et composée de quelques singes, hérissons, hyènes et à certaines périodes de l’année, on remarque la présence des éléphants divagateurs. La faune aquatique n’est pas en reste, car on retrouve des hippopotames et de nombreuses ressources halieutiques composées des espèces Heterotis, Tilapia, Citharinus, Clarias, Propterus ; Lates ; Brycinus ; et certains Claridae.

Milieu humain

Quelques repères historiques de la Commune

L’origine de Guémé est lointaine et date des années 1750 pendant les guerres de tribus. Son nom signifierait « qui est tu ? » en langue massa et serait le nom du premier occupant en provenance de Massa Gouzaidai dans le Tchad voisin. De même, bien que couvrant toute l’unité administrative de l’arrondissement de Vélé, la Commune porte un nom différent du fait de la localisation de la Mairie dans l’unité territoriale du village Guémé. Bien naturellement calme ces derniers temps, la Commune a connu quelques faits qui ont marqué sa jeune histoire. En 1993, une grande famine a frappé les populations de la localité suite aux inondations qui ont détruits les habitations et les cultures. De même, les épidémies de choléra sont récurrentes notamment en 1998 et en 2010 et de méningite en 2005, causant d’énormes pertes en vies humaines.

Population, Ethnies,

La Commune compte une population de 41693 âmes, ce qui représente une densité de 180habitants au Km². La population est cosmopolite et dominé par les groupes ethniques Massa, Mousgoum, Arabes choas, Kotoko, Kanouri, les Saras. Les Massa constituent le groupe Ethnique dominant avec près de 75% de la population.

Relation entre les différents groupes ethniques

Les différents groupent qui composent la population de Guémé cohabitent de façon pacifique malgré les différences de langue et d’appartenance politique. Les mariages interethniques sont courants. Les différents groupes partagent les mêmes lieux publics tels que les marchés, les administrations, et les lieux de culte que sont les mosquées et les églises.

Organisation sociale

La Commune est constituée de 18 villages à la tête desquels se trouve un chef de 3e degré appelé localement « Lawan ». Auxiliaires de l’administration, les chefs sont un démembrement de l’autorité administrative dont il assure le relais dans la gestion quotidienne des affaires administratives. Au niveau des communautés qu’ils représentent, ils assurent un rôle d’arbitre dans la gestion des litiges et d’apaisement des conflits.

Religions

Majoritairement constituée des jeunes, la localité est l’une des plus densément peuplée du Cameroun. Les religions pratiquées sont l’islam, le christianisme, et l’animisme.

Habitat

L’habitat est généralement groupé le long des rues suivant une distribution circulaire et/ ou linéaire. Les maisons sont généralement construites en argile mélangée à de la paille, de forme circulaire, carré ou rectangulaire, couverte pour la plupart d’un toit de chaume dans les villages. Les maisons construites en matériaux définitifs (sable ciment, tôle ondulées en aluminium) sont rares dans les campagnes et ne sont majoritairement présentes que dans l’espace urbain de Guémé. L’habitat en zone rurale est essentiellement précaire, et avec la proximité d’un cours d’eau comme le Logone, les populations sont à la merci des inondations violentes.

Dans l’espace urbain, en l’absence d’un plan d’urbanisation, la précarité est visible. L’accès aux habitations n’est pas aisé et les conditions d’hygiène sont de plus en plus déplorables.

Le Système foncier

Les chefs traditionnels « Lawan » sont les garants du patrimoine foncier. La propriété foncière est familiale et individuelle malgré le droit de regard des autorités traditionnelles sur des terres se trouvant dans leur territoire de compétence. Il peut arriver que le lamido use de son pouvoir pour procéder par endroit à une redistribution à des tiers.

Principales activités économiques

L’agriculture

Le développement économique des populations de la Commune est essentiellement tributaire de l’agriculture et de l’élevage. Très peu diversifiée, l’agriculture est dominée par la riziculture, et les cultures maraichères. Elle constitue par ailleurs à travers les taxes (taxes sur la production de riz) qui lui sont imposée une source de recette très importante pour la Commune.

Elevage

L’élevage est dominé par le porc, et la localité constitue l’un des grands bassins de production de cette espèce. Avant l’épizootie de la peste porcine en 2010, la localité était considérée comme l’une des principales sources d’approvisionnement en viande de porcs, consommées dans la ville de Yaoundé. La volaille, les petits ruminants et le gros bétail est aussi présent à des proportions plus ou moins importantes en fonction des localités.

Le commerce

Activités très diversifiée, le commerce concerne généralement le bétail et les produits issus de l’agriculture vivrière (riz, maïs, sorgho, mil et millet) et maraichers (tomate, courges…). Le petit commerce des denrées de première nécessité occupe une place marginale.

Les activités de transport

Le transport est émergent, et de plus en plus dominé par les mototaxis qui sillonnent les villages. Les petites voitures font généralement le transport des marchandises et des vivres, des villages vers les marchés périphériques.

Principales infrastructures par secteur

La commune dispose de plusieurs infrastructures socioéducatives notamment dans le secteur de la santé et de l’éducation.

Dans le secteur de l’éducation de base

Les écoles maternelles.

Les écoles maternelles ne sont pas légions dans la Commune et ne sont présentes que dans deux villages à savoir Kartoua en cours de création et Vélé. L’école maternelle de Kartoua ne dispose pas encore des infrastructures qui lui sont propres, seule l’école maternelle de Vélé est opérationnelle, car évolue dans une salle de classe empruntée à l’école primaire de la même localité.

Les écoles primaires

Il existe 30 écoles primaires opérationnelles à cycle complet ou non dans l’arrondissement, chaque village en possède au moins une. En dehors des écoles conventionnelles il existe également 02 écoles des parents. Les écoles sont dotées des bâtiments en dur et/ou des bâtiments construits en matériaux provisoire.

Secteur de l’enseignement secondaire

Les Collège d’Enseignement Secondaires CES

Pour l’encadrement des élèves du secondaire, la Commune dispose de 05 CES dans les localités Gabaraye, Kartoua, Widigué, Agolla et Dabye 2.

Les lycées d’enseignement général

Un seul lycée d’enseignement général est présent dans la Commune, et est situé au chef-lieu de l’arrondissement de Vélé non loin de la Mairie.

L’enseignement technique

L’enseignement technique est limité au premier cycle, 01 Collège d’Enseignement Technique Industriel et Commercial (CETIC) est créé mais non encore fonctionnel à Vélé.

Dans le secteur de la santé

Dans l’ensemble, la Commune dispose de 03 formations sanitaires capables d’assurer une prise en charge minimale des patients : 01 hôpital d’arrondissement à Guémé/Vélé, et 03 centres de santé respectivement à Guémé, Kouro-moudaye et Gabaraye –widi. Toutes ces formation sanitaires sont dans un bon état et procurent régulièrement des soins aux populations. Malgré le déficit en personnel qualifié équipement sanitaires et autres infrastructure

Dans le secteur de l’eau et de l’énergie

Infrastructure de l’hydraulique

Malgré la pertinence des problèmes liées à l’approvisionnement en eau, la Commune dispose de 40 forages dont 24 sont fonctionnels et 16 non fonctionnels. Dans la localité de Vélé, 15 nouveaux forages sont en cours de construction. Seuls 04 villages sur 18 ne disposent d’aucun forage à savoir Agolla, Douang, Guia et Gandjam-Danay. La répartition des forages par village est consignée dans le tableau ci-dessous.

Infrastructure électrique

L’électrification n’est pas légion dans la Commune. Seuls 03 village sont partiellement ou entièrement électrifiés à savoir : Kartoua, Guémé et Vélé. La commune bénéficie de 30 000 m de file moyenne tension et seulement 1000 m de fil basse tension pour 50 branchements et 01 transformateur 23

Dans le secteur des télécommunications

La Commune dispose d’un service postal, on note également la présence de quelques poches des réseaux des opérateurs de téléphonie mobile MTN, Orange et Camtel.

Dans le secteur du commerce

07 marchés sont fonctionnels dans l’espace Communal à savoir : Demdemna Vélé, Kartoua, Dabaye, Gabaraye, Widigué, Soara Gadjam. Les marchés les plus importants sur le plan des infrastructures (présence de hangar), de la structuration et de l’affluence sont ceux de Demdemna Vélé et Gabaraye Widi. Ils constituent les principaux centres d’approvisionnement des autres villages de la Commune de Guémé. Les produits vendus sont issus de l’agriculture (Riz, légumes, viande, bétail etc.) et certains produits de première nécessité (Savon, vêtements, etc.).

Le secteur des travaux public

La commune n’est pas fournie en infrastructure routières en terme de qualité elle dispose de 182 km de routes en terre et est traversé par la route nationale n° 15. Le réseau routier communal est faiblement entretenu ce qui rend inaccessible l’arrondissement en saison pluvieuses.