COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

FOTOKOL

 

Maire        Ramat Moussa

Tél.     +237 699 06 88 48
          +237 677 06 88 48

Créée par décret n° 93/321/ du 25 novembre 1993

Superficie 508 Km2

Localisation de la commune

La Commune de Fotokol est située à 105 km de Kousseri, chef lieu du département du Logone et Chari, région de l’Extrême Nord. Elle a été créée le 25 novembre 1993 sur décret n° 93/321/ du 25 novembre 1993. Elle a une superficie de 508 km2 et une population de 70 000 habitants répartie dans 97 villages dont 13 sont contenus dans l’espace urbain. Elle est limitée :

  Au Nord par le Lac Tchad

  À l’Est par l’Arrondissement de Makary ;

  Au Sud et à l’Ouest par la République Fédérale du Nigéria.

Milieu biophysique

Synthèse des aspects biophysiques

 

Climat

Sols

Relief

Hydrographie

Flore et faune

Le climat du Logone et Chari

est de type sahélien (aride) caractérisé par lalternance de trois saisons d’inégales longueurs :

o   Une saison des pluies de Juillet à Septembre

o   Une saison sèche et froide de Novembre à Février

o   Une saison sèche et chaude de Mars à Juin (UICN/MINEF, 1997).

La                   pluviométrie est comprise     entre                   500     à

600mm. La température moyenne de la zone oscille entre 30 et 35°C. Le maxima

de température est de lordre de 40 à 47°C.

Lharmattan                    est             le

vent    dominant.    Il          souffle régulièrement            dans          la journée  suivant  la  direction Nord Nord-Est Linsolation reste            très          élevée            toute l’année (8 à 10heures /jour).

La      commune de

Fotokol se situe sur la frange sud du Bassin du lac Tchad et présente une forme plane. Brabant et Gavaud (1985) groupent les sols de la région dans le paysage pédologique des sols exondés des alluvions anciennes. Les sols de cette locali apparemment dorigine volcanique sont formés dalluvions sableuse Des observations faites sur le terrain nous permettent de dégager deux principaux types de sol :

·         Les     planosols          (plages dénudées la végétation

est  très  clairsemée.  Ces

sols   nommé localement

« Hardé »)

·         Les vertisols

Ces sols sont homogènes et de texture argileuse composée en grande

proportion   dargil gonflante

ayant la particularité dabsorber ou de céder de l’eau suivant lhumidi du milieu environnant.

La commune de Fotokol se situe sur

le cours inférieur du Chari et  du Logone dans       la       zone

méridionale de cette immense       cuvette

Tchadienne sont venus       sentasser

des diments provenant des roches   de Monts

Mandara et formant des               cordons

dunaires anciens. Sans horizon limite, la        plaine        est

rigoureusement plate.   D fai de

l’absence de dénivellation du sol, les  eaux  de  pluies

stagnent dans les moindres

dépressions en formant    des    bas-

fonds.   Notre   zone

détude se situe à une altitude de 280 mètres.

 l faveur   des

périodes pluviales, la commune de Fotokol fut inondée par les eaux du lac Tchad à différentes reprises. Cétait encore le cas il y a 10 000 ans (Vanpraet, 1977). En 1979, la construction du barrage de Maga est venue piéger une grande partie des eaux qui inondaient les yaérés (UICN/MINEF,  1997).  Une

des conséquences fut le raccourcissement de la durée annuelle d’inondation de la zone (Scholte, 2005). A l’heure actuelle, le réseau hydraulique de notre sphère d’étude ne se limite quà quelques cours deau temporaires ou saisonniers appelés « mayo ». Les plus importants  sont : Serbowel et Elbéid. Ces mayos traversent la gion en provenance du Logone et se déversent dans lac Tchad.

La végétation appartient au domaine de la savane    arbustive    sahélienne    à    épineux

colonisateurs. Elle est le reflet du climat et du type de sol. Cette végétation présente deux strates :

·         -Une      strate    arbustive    (2    à            4m) clairsemée, très sahélienne

·         -Une strate herbacée qui est dominée par     les     graminées     pérennes          et

annuelles entrelées

Avant la construction du barrage de Maga,  Fotokol  et  ses  environs  bénéficiaient

des  conditions  écologiques  particulières  qui

permettaient à une faune abondante et diversifiée de subsister ceci alors que la capaci de charge de la région est généralement assez faible.

La faune des Mammifères est celle des régions soudano-sahéliennes. La présence de

ces  animaux se justifie  par  des  arbustes et

herbes potentiellement appétés.

 

Lavifaune y est particulièrement abondante surtout pendant les mois d’Octobre, Novembre et Décembre périodes  pendant lesquelles les céales sont récoles.

Les Poissons

Concernant l’ichtyofaune, la plaine du Logone est quantitativement et qualitativement l’une des zones les plus riches du pays.

Il est à noter enfin, l’absence daires protégées et de forêts saces

 

Population

Fotokol est habité par environ 70 000 âmes de plusieurs ethnies dont : les Arabes, les Kotokos, les Kanuri, les Potoko et des allogènes issus des autres départements et régions du Cameroun. L’islam est la principale religion pratiquée. Le catholicisme l’est accessoirement.

Organisation sociale de la population

L’organisation de la commune est hiérarchisée : on y distingue des entités qui cohabitent harmonieusement :

Au niveau de l’espace urbain de la commune, on distingue

- l’administration publique ayant à sa tête le sous-préfet

- l’exécutif communal coiffé par le maire

- le clergé ayant comme tête de proue l’imam de Fotokol

Au niveau des villages,

 L’Imam de la mosquée du village

 Le chef du village (blama 3e dégré). En cas d’absence de ce dernier, la direction est assurée par un des notables

Culture du village

Plusieurs ethnies cohabitent dans la commune. Les Arabes et Kotoko, majoritaires, auxquels sont associés, les Kanuri, les Peuhls et les allogènes. FOTOKOL compte en réalité, 97 villages. Tous ces villages ont à leur tête des Chefs de 3ème Degré. La commune héberge 70000 âmes dont près de 20 000 habite la zone urbaine. L’espace urbain de la commune présente des cultures cosmopolites dominées essentiellement par la culture arabe. Dans les zones rurales, la scission est plus marquée et ne laisse entrevoir que des villages arabes et des villages kotoko, en majorité et très peu de villages d’autres ethnies.

Religions pratiquées

Seul l’islam est pratiqué dans la commune de Fotokol

Catégorisation économique de la population

Les activités formelles étant quasi inexistantes, l’économie, ici, est plus tournée vers les activités du secteur informel par la pratique du petit commerce tels que :

 La vente des produits de rente

 La vente du carburant de contrebande (zoazoa)

 La vente des produits de l’artisanat

 La vente du bétail

 La cordonnerie etc.

Cette économie est essentiellement extravertie puisque les denrées produites sont écoulées au marché de Gambaru au Nigéria voisin.

Relations inter villages

Les relations sont apaisées et les communautés cohabitent harmonieusement

Mobilité des populations

La population de la commaune de Fotokol se déplace vers des horizons divers essentiellement pour le marché, les visites familiales et l’administration : Gambaru au Nigéria, Lac Tchad ; Makary, Kousseri, Goulfey, Hile Alifa, Darak

Habitat

Les cases sont pour la majorité, construites en terre avec un toit en dalle de terre soutenu par des troncs d’arbres ou en tôles.on note, cependant, de plus en plus des maisons en dur à la tôle ondulée

Système éducatif

L’éducation dans la commune est basée sur l’inscription des enfants à l’école coranique D’une part et à l’éducation de base du système francophone d’autre part

Santé

La commune est dotée de deux centres de santé au fonctionnement intermittent

Système foncier

Les terres sont attribuées suivant le système coutumier dans les villages centré autour du blama. L’espace urbain est supervisé par la commune sans plan de lotissement ou d’urbanisation. La terre apparemment appartient aux premiers occupants.

 

 

Localisation de la commune

La Commune de Fotokol est située à 105 km de Kousseri, chef lieu du département du Logone et Chari, région de l’Extrême Nord. Elle a été créée le 25 novembre 1993 sur décret n° 93/321/ du 25 novembre 1993. Elle a une superficie de 508 km2 et une population de 70 000 habitants répartie dans 97 villages dont 13 sont contenus dans l’espace urbain. Elle est limitée :

§ Au Nord par le Lac Tchad

§ À l’Est par l’Arrondissement de Makary ;

§ Au Sud et à l’Ouest par la République Fédérale du Nigéria.

 

Milieu biophysique

Synthèse des aspects biophysiques

 

 

Population

Fotokol est habité par environ 70 000 âmes de plusieurs ethnies dont : les Arabes, les Kotokos, les Kanuri, les Potoko et des allogènes issus des autres départements et régions du Cameroun. L’islam est la principale religion pratiquée. Le catholicisme l’est accessoirement.

Organisation sociale de la population

L’organisation de la commune est hiérarchisée : on y distingue des entités qui cohabitent harmonieusement :

Au niveau de l’espace urbain de la commune, on distingue

- l’administration publique ayant à sa tête le sous-préfet

- l’exécutif communal coiffé par le maire

- le clergé ayant comme tête de proue l’imam de Fotokol

Au niveau des villages,

 L’Imam de la mosquée du village

 Le chef du village (blama 3e dégré). En cas d’absence de ce dernier, la direction est assurée par un des notables

 

Culture du village

Plusieurs ethnies cohabitent dans la commune. Les Arabes et Kotoko, majoritaires, auxquels sont associés, les Kanuri, les Peuhls et les allogènes. FOTOKOL compte en réalité, 97 villages. Tous ces villages ont à leur tête des Chefs de 3ème Degré. La commune héberge 70000 âmes dont près de 20 000 habite la zone urbaine. L’espace urbain de la commune présente des cultures cosmopolites dominées essentiellement par la culture arabe. Dans les zones rurales, la scission est plus marquée et ne laisse entrevoir que des villages arabes et des villages kotoko, en majorité et très peu de villages d’autres ethnies.

Religions pratiquées

Seul l’islam est pratiqué dans la commune de Fotokol

Catégorisation économique de la population

Les activités formelles étant quasi inexistantes, l’économie, ici, est plus tournée vers les activités du secteur informel par la pratique du petit commerce tels que :

 La vente des produits de rente

 La vente du carburant de contrebande (zoazoa)

 La vente des produits de l’artisanat

 La vente du bétail

 La cordonnerie etc.

 

Cette économie est essentiellement extravertie puisque les denrées produites sont écoulées au marché de Gambaru au Nigéria voisin.

Relations inter villages

Les relations sont apaisées et les communautés cohabitent harmonieusement

Mobilité des populations

La population de la commaune de Fotokol se déplace vers des horizons divers essentiellement pour le marché, les visites familiales et l’administration : Gambaru au Nigéria, Lac Tchad ; Makary, Kousseri, Goulfey, Hile Alifa, Darak

Habitat

Les cases sont pour la majorité, construites en terre avec un toit en dalle de terre soutenu par des troncs d’arbres ou en tôles.on note, cependant, de plus en plus des maisons en dur à la tôle ondulée

Système éducatif

L’éducation dans la commune est basée sur l’inscription des enfants à l’école coranique D’une part et à l’éducation de base du système francophone d’autre part

Santé

La commune est dotée de deux centres de santé au fonctionnement intermittent

Système foncier

Les terres sont attribuées suivant le système coutumier dans les villages centré autour du blama. L’espace urbain est supervisé par la commune sans plan de lotissement ou d’urbanisation. La terre apparemment appartient aux premiers occupants.