COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

PETTE

 

Maire    HAMADOU BOUBA

Tél.     +237 677 63 78 59
          +237 699 86 07 00

Créée en 1995

Superficie  700 Km2  

LA COMMUNE EN TANT QU’ESPACE

Créée en 1995, mais rendu opérationnelle en 1996, la commune de Pétté est- située dans la région de l’Extrême Nord et précisément dans le département du Diamaré et couvre une superficie d’environ 700 Km2. Elle est limitrophe des communes de Bogo au SUD-EST, du Logone Birni au Nord-Est, de Maroua 2è et Mora à l’Ouest et Waza au Nord. La commune de Pétté recouvre 116 villages repartie inégalement dans trois canton notamment le canton de Fadaré, celui de Mallam et enfin celui de Pétté. Population cosmopolite d’environ 37500 âmes mais ou la proportion des femmes représente près de 60% de la population. C’est en grande partie les fulbés qui représente 60%, suivi des Bornouans et des Mousgoums 20% environ, les massa, Toupouris, Guiziga, Moufou, et autres minoritaires se partagent le reste des pourcentage.

Localisation

La commune de Pétté est située dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, département du Diamaré et de l’arrondissement du même nom. Commune limitrophe au département du mayo Sava a l’Ouest et de l’arrondissement du Logone Birni au Nord-est, a Bogo au Sud-Est. Véritable espace de transition tant pour les pasteurs nomades que pour les touristes en partance pour Waza dans le Mayo Sava.

Les données physiques

Climat

L’espace communal de Pétté a l’instar des autres parties de la région de l’Extrême-Nord en particulier et de l’ensemble septentrional en général présente un climat caractérisé par une courte saison de pluie de juin a Septembre et une longue saison sèche de octobre a Mai. Zone sahélienne ou les précipitations se concentrent pendant le mois d’Août mais dont les caprices climatiques ne cessent d’avoir des conséquences sur l’Agriculture et l’élevage notamment.

Relief

Dans l’ensemble de l’espace communale, le constat qui se dégage d’emblée c’est que le relief ici est constitué de plaine même si de temps en temps l’on peut observer quelques espaces accidentés a l’instar de Djaoudé avec quelques roches.

Sols

Le sol est variant en fonction de la topographie du milieu. Il est sableux au niveau des dunes et en altitudes, argilo sableux au niveau des parties médianes, et essentiellement argileux au niveau des bas fonds. Exception faite de la zone de Mallam ou les paysans ont acquis une certaine maîtrise des techniques agricoles. La perte de la fertilité est accentuée par une exploitation en monoculture des parcelles.

Hydrographie

Le moins qu’il importe de relever ici concernant l’aspect hydrologique, c’est qu’il est presque inexistant. Mayel Tchilé et Mayel Pétté sont des petits cours d’eau temporaires qui drainent les eaux d’écoulement venant des monts mandara et perdent leurs activités juste a la fin de la saison de pluie dont en septembre.

Végétation

En dehors de certaines spécificités propres à l’ensemble de la zone sahélienne, l’on note dans l’espace communale une végétation composée pour la plupart des accacias, des balanites et de biens des épineux. L’influence humaine à travers une exploitation abusive du bois pour diverses raisons rendent de plus en plus difficile et rude l’existence tant de l’homme que des animaux. L’extension des espaces cultivables ne s’accompagne pas toujours d’une réelle politique de reboisement.

Faune

La faune très diversifiée et variée constitue une réalité dans cette commune et ceci pouvant s’explique fondamentalement du fait de sa proximité au parc National de Waza. L’on y retrouve des espèces telles des singes, des éléphants, des petits rongeurs et biens d’autres espèces dont les attaques sur le cheptel sont parfois décriées par les populations dans les villages de Takayé, Doutarou et Alagarno.

Unités écologiques

Les 700km2 de l’espace communale présente quelque spécificité ce, en fonction de la diversité dont nous avions relevé plus haut. Si dans le canton de Mallam notamment dans les villages de Dakkana et de Yaga soudani ou les problèmes d’érosion et d’éboulement de terre sont criards, il n’en demeure pas moins que dans le secteur Habilié, Alagarno c’est un sol et un environnement désert qui se présente.

Milieu humain

Histoire

L’historicité de Pétté et partant de son champ géo stratégique revient pour nous de situer la genèse et tous les éléments constitutifs de la mise en place de ce grand village subdivisé en trois cantons. L’espace communal actuel fut occupé dans les années mille neuf cent et, ce progressivement par les populations qui y vivent actuellement. Majoritairement islamo peuhls, la zone de pétté a autant des atouts qui reposent sur des spécificités qui lui sont propres, sa culture, ses divers modes d’adaptations face a la survie etc.

Cultures

Il s’agit de prime a bord d’un système de culture islamo peulhs qui repose sur ce que le Sociologue Akam Motazé a appelé le Lamidalisme. Société fortement polygamique ou la richesse s’évalue non seulement en termes de d’épouse dont l’individu dispose, mais aussi et surtout en termes de têtes de bétail. Soulignons en passant que l’élevage constitue la priorité des activités des peuples qui habitent ce vaste territoire.

Les données démographiques

La démographie galopante enregistrée dans cet espace communal est à l’instar des autres régions du pays le reflet d’une forte natalité qui, par ailleurs découle de la polygamie inscrite dans les moeurs. Peuplé d’environ trente huit mille âmes, l’espace communal présente une disparité dans la taille de sa population. C’est ainsi que les femmes occupent près de 60% et a coté l’on note une proportion très juvénile par ailleurs.

Les activités économiques

Les principales activités économiques qu’il importe de relever sont entre autres constituées de L’agriculture, l’élevage, le petit commerce, l’artisanat, la chasse et dans une moindre mesure la pèche. L’agriculture et l’élevage sont les leviers sur lequel repose véritablement les activités économiques dans l’arrondissement de Pétté.

Les acteurs du développement de la Commune

Au delà des acteurs principaux constitués des conseillers municipaux, du maire, du receveur, des différents organes techniques de la commune, du secrétaire général, les populations a la base constituent également un élément important pour le développement harmonieux de la commune. Les chefferies occupent également une place prépondérante dans le volet sensibilisation des populations et l’autorité administrative ne saurait être mise de coté.

Les secteurs productifs

L’agriculture

C’est le secteur d’activité qui résume en grande partie l’existence des populations de cette aire communale dans la mesure ou près de 90% de celle-ci vivent des activités agro-pastorales. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’au delà de la fertilité des sol qui malheureusement ne peut expliquer la production toujours insuffisante est dû non seulement aux méthodes culturales archaïques couplée a un outillage dépassé. La faible pluviométrie et le vieillissement des paysans en sont également importants à relever. Pris globalement l’on y cultive du sorgho de saison sèche, du sorgho de saison de pluie, du niébé, du coton etc.

L’élevage

Considéré comme seconde source d’activités économiques, l’élevage des bovins, des ovins, de la volaille est entre autres très pratiqué. L’existence du grand marché à bétail de Djaoudé en est une illustration. Les principales entraves au développement de cette filière ici se résument en la contamination du cheptel local par les bergers étrangers, le surpâturage et l’insuffisance du personnel vétérinaire sur le terrain.

La pêche

L’activité de pèche dans l’espace communale de Pétté est très marginale et c’est pendant les périodes de crue de mois d’Août que les jeunes s’y adonnent dans les cours d’eaux saisonniers par ailleurs.

L’exploitation des ressources naturelles

L’exploitation des ressources naturelles repose en grande partie sur une coupe abusive du bois, la pratique des feux de brousse. L’on peut d’emblée dire qu’il n’existe pas véritablement une réelle politique de reboisement et l’instauration de forets communautaires.

La chasse

Limitrophe au parc de Waza vers le secteur d’Alagarno, quelques braconniers y exercent cette activité parfois aux mépris de la législation en vigueur. Les espèces protégées sont parfois abattues et c’est bien encore une activité marginale pour la grande majorité des populations de cette commune.

La transformation

Commune relativement très jeune, le moins que l’on puisse dire c’est qu’au point de vue transformation de quelques produits que ce soit le registre est vierge pour le moment.

Le commerce et les équipements marchands

En dehors de l’existence de quelques petits commerçants et de quelques hangars de marchés qui constituent véritablement ce que l’on peut appeler équipements de marchés, le commerce quant a lui est fait de petits produits manufacturés, des vivres issus des activités paysannes. Les marchés hebdomadaires sont les lieux de véritables échanges et d’espace marchands.

L’artisanat, le Tourisme

Le secteur artisanal et celui du tourisme reste pour l’instant précaire et recommande une exploration pour les autorités communales et locales en vue de quelques rentrées de devises dans la commune.

Grenier

Les activités agricoles des populations sont protégées et conservées dans des greniers construits en terre battue sur pilotis au centre de la concession, voire proche de la cuisine. Véritable socle culturel de peuples nordistes, le grenier en est une réalité dans l’espace communal de Pétté pour l’immense majorité des peuples qui y vivent.