COMMUNES ET VILLES UNIES DU CAMEROUN :: UNITED COUNCILS AND CITIES OF CAMEROON

BUREAU NATIONAL :: National Office

DOUME

 

Maire  MPANS Gisèle Rose

Tél.           +237 699 54 04 51
                +237 678 71 78 48

superficie de 2 500 km²  

Nombre de Conseillers 25

Localisation de la commune

La Commune de Doume est l’une des Communes du département du Haut-Nyong. Elle a été créée le 07 juin 1955 et s’étend sur une superficie de 2 500 km² et est constituée de 39 000 âmes. Elle est limitée au Nord et à l’Est par la Commune de Dimako, à l’Ouest la commune de Doumaintang et au Sud par la commune d’Abong-Mbang . La ville de Doumé est le chef-lieu de l’Arrondissement du même nom qui est placé sous l’autorité d’un Sous-préfet.

Milieu biophysique

La Commune de DOUME subit l’influence du climat équatorial de type guinéen à quatre saisons d’inégales durées : une grande saison sèche de Novembre à mi-mars ; une petite saison pluvieuse de mi-mars à mi-juin ; une petite saison sèche de mi-juin à mi-août ; une grande saison pluvieuse de mi-août à fin Octobre. La moyenne annuelle des précipitations est de 1577 mm. La température moyenne annuelle est de 25°C avec une amplitude moyenne annuelle de 2,5°C. Ce climat favorise annuellement la conduite de 2 campagnes agricoles.

Quant au sol, le matériel parental est essentiellement composé de granites. Deux principaux types de sols se rencontrent dans cette localité à savoir les sols ferralitiques et les sols hydro-morphes. D’une manière générale, les sols ferralitiques sont caractérisés par une texture sablo-argileuse. Ils sont pauvres en éléments nutritifs, acide, fragile et caractérisés par de fortes colorations jaunes ou jaune claire. Sous le couvert forestier, ces sols sont quelquefois argileux, poreux, très perméables et riches en humus. Ils sont reconnus très fertiles sous le couvert forestier. Cependant, cette fertilité est assez précaire. Ces sols se prêtent surtout aux cultures pérennes (cacao, fruitiers, palmier) et aux cultures vivrières. Les sols hydro-morphes se rencontrent essentiellement dans les zones marécageuses et aux abords des cours d’eau. L’exploitation de ces sols est difficile en temps pluvieux à cause de leur engorgement. En saison sèche par contre, l’utilisation de ces sols est moins contraignante avec la baisse de la nappe phréatique. La pratique des cultures de contre saison est alors possible. Il faut cependant relever que ce sol devient de moins en moins fertile par endroit.

La Commune de DOUME présente un relief assez accidenté et varié par endroit (présence de plaines, de collines et de vallées) avec des pentes comprises entre 0 et 5% traduisant une faible sensibilité à l’érosion. L’altitude moyenne tourne autour de 800 m.

Toute la commune est parcourue par d’innombrables rivières et cours d’eau, dont le plus important est la Doumé. Il y a également plus d’une centaine de sources à l’instar Ochoué, Biaboulou, Metsgue, AsokMepine ou encore Minkom qui ravitaille une partie de la ville de Doumé et du village Mbama.

La végétation présente une diversification d’espèces avec une stratification complète des grands arbres jusqu’à la strate herbacée. Les principales essences exploitables existantes sont : le moabi, l’iroko, le fraquet, le bibolo, le bubinga, le beté et certains produits non ligneux utilisés en artisanat (le rotin, le raphia et ses dérivés, le bambou de chine et certaines lianes. Le reste de la végétation autour des maisons est faite de plantations et des champs vivriers, les jachères et les arbres fruitiers. Le potentiel faunique est constitué des animaux de toute sorte allant des petits rongeurs aux espèces protégées. Quelques espèces sauvages fréquemment rencontrées sont entre autres : les rats, écureuil, singes, lièvres, porc-épic, antilope, singes, aulacodes, les serpents de plusieurs types (vipère, mamba vert, boa, couleuvre), etc. certains oiseaux (oiseau gendarme, colibri, épervier, perdrix, calao, pélican, touraco, martin pêcheur, toucan, corbeau). Les espèces domestiquées sont : le chien, chat, mouton, chèvre, porc, la volaille.

Milieu humain

La population de Doumé tourne autour de 39.000 âmes, une estimation qui est sensiblement au-dessus du chiffre du RGPH, puisque retenue à l’issue des différents diagnostics participatifs dans les 22 villages bantous, les 02 villages baka et l’espace urbain.Pour ce qui est de la question de parité, il ressort clairement à travers cette illustration que les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes comme le souligne la tendance au Cameroun et dans la Région de l’Est en particulier.

Les 39.000 habitants de la commune sont réparties entre les maka, les bakoum, les baka, qui sont considérés comme les autochtones ; et ceux issus des migrations entre autres les bamilékés, les haoussa, les beti, les bamoun.

Le Cameroun étant un Etat laïc, la commune de Doumé ne déroge pas à cette règle. C’est pourquoi, à côté de la puissante Eglise Catholique Romaine qui est majoritaire entre autre parce que Doumé est la capitale de la province ecclésiastique du diocèse de Doumé-

Abong-Mbang et parce qu’elle a beaucoup investit en termes d’infrastructures sociales, sanitaires, scolaires etc., on trouve l’Islam, le Plein Evangile, l’Eglise Adventiste.

Principales activités économiques

Les activés économiques dans la commune de Doumé peuvent être regroupées en trois grandes catégories. Il y a d’un côté les activités agropastorales. L’agriculture et l’élevage sont pratiqués par plus de 80% de la population active. L’agriculture vivrière tient le haut du pavé, bien que celle de rente ne soit pas à négliger. En effet, la culture du café, qui a prospéré dans un passé pas très lointain, est entrain de se revigorer. Les cultures maraîchères sont en outre en plein essor car on remarque que le piment est cultivé à moyenne échelle, avec une production plus ou moins abondante. L’élevage, bien que traditionnel, occupe également une place de choix dans le quotidien des populations aussi bien rurales que urbaines. Les caprins, les bovins, les porcins, la volaille sont présents partout. L’élevage non conventionnel est lui aussi entrain de se développer. On rencontre çà et là des éleveurs de cobayes, de cailles, de porcs épics.Le deuxième aspect des activités économiques se lit à travers les activités génératrices de revenus. Le commerce ou plutôt le petit commerce est florissant. La chasse est encore très prisée dans le coin, Doumé étant réputé pour son gibier. Certes il tend à s’éloigner et à se raréfier, du fait des activités de l’homme et à l’exploitation forestière.Enfin il y a les activités liées à l’exploitation forestière. Des exploitants forestiers écument depuis des décennies, les forêts de la commune de Doumé, coupant le bois, légalement et souvent aussi, de façon illégale. Plusieurs sociétés à l’instar de Fokou ont exploité ou continuent d’exploiter la forêt de Doumé, avec à la clé la création d’emplois et aussi la mise sur pied de certaines infrastructures sociales comme les salles de classe, les foyers communautaires, les puits d’eau et les forages etc. La commune tend à réguler ce secteur en créant une forêt communale.

Les Infrastructures socioéducative

La commune dispose de plusieurs infrastructures socioéducatives notamment dans le

Secteur de la santé et de l’éducation.

Eau et Energie

- Infrastructures hydrauliques : la commune est couverte par un réseau d’adduction d’eau (des puits à motricité humaine, forages, d’un château d’eau)

- Infrastructures électriques : Courant électrique très instable avec des coupures intempestives.

Reletions

Commune de Doumé membre des CVUC et ACFCAM ;

• Multipartenariat de la commune

• Bonnes relations avec les services déconcentrés de l’Etat ;

• Bonnes relations avec les congrégations religieuses ;

• Bonnes relations avec les organisations de la société civile ;

• Bonnes relations avec les organismes d’appui (ANAFOR, PADDL, PNDP, Fondation SAF)

Principales potentialités

La Commune de Doumé présente plusieurs opportunités pour son développement à savoir :

-Des ressources naturelles : forêt, faune, richesse du sol, des sites touristiques, des terres fertiles et un climat favorable ;

- Présence de vastes étendus de terres arables, latéritiques, sablonneux, d’indices d’or et de diamant, pierres, ferralitiques, marécageux;

-Une agriculture diversifiée avec un potentiel élevé pour pratiquer sur de grande parcelle des terres cultivables ;

- Disponibilité des espèces médicinales et des produits forestiers non ligneux, du bois de chauffe et de matériaux de construction de base;

- Présence de bâtiments bien que coloniaux, Patrimoine communal varié, exploitation du fortin allemand, engins roulants exploitables, une élite importante et intellectuelle, présence des réseaux Orange et MTN ;

-Présence des carrières de sables, de latérites de sables de pierre, d’indices d’or et de diamant ;